Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Un cinéphile dans la ville.

Un cinéphile dans la ville.

Critiques ciné et autres.

Publié le par Hugo Brown
Publié dans : #Cinéma

Signataire du Dogme 95, Kristian Levring s'en éloigne lui aussi désormais avec son nouveau long-métrage, The Salvation, un western de facture assez classique avec un Mads Mikkelsen électrique. Académique mais assez plaisant.

"The Salvation", un film de Kristian Levring

1870, Amérique. Lorsque John tue le meurtrier de sa famille, il déclenche la fureur du chef de gang, Delarue. Trahi par sa communauté, lâche et corrompue, le paisible pionnier doit alors traquer seul les hors-la-loi.

Kristian Levring, diplômé de montage à l'Ecole Nationale Danoise de Cinéma, est un producteur prolixe dans son pays et s'est fait remarquer en 2000 avec son unique film sorti en France, Le roi est vivant, réalisé selon les règles du Dogme 95. Levring est le quatrième signataire après les fondateurs Thomas Vinterberg et Lars von Trier, puis Søren Kragh-Jacobsen, qui ont eux aussi pris leurs distances depuis. Après une longue absence en tant que réalisateur, il a voulu se faire plaisir en reprenant les codes du western de son auteur fétiche, Sergio Leone. The Salvation est parcouru par les mêmes thèmes : vengeance, conquête de l'Ouest et survie dans des paysages aussi beaux que parfaitement hostiles.

 

Mads Mikkelsen use de son charme magnétique pour créer un personnage (danois) rappelant fatalement Clint Eastwood, peu disert, blessé dans ce qu'il a de plus cher (on a massacré sa famille) et devenu adepte de la gâchette. Le film retrace la vie difficile de pionniers, des migrants (danois, espagnols, français…) dans des villages américains (déjà) pourris par la corruption et la violence des armes. Sans grande originalité, Levring déploie tous les motifs du western spaghetti, mais avec un savoir-faire évident, un goût du détail prononcé et une photo somptueuse signée Jens Schlosser (son chef op attitré). La reconstitution est soignée, on ne s'ennuie pas mais rien n'est réellement mémorable non plus. Un agréable divertissement, sans plus.

Commenter cet article

Articles récents

Hébergé par Overblog