Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Un cinéphile dans la ville.

Un cinéphile dans la ville.

Critiques ciné et autres.

Publié le par Hugo Brown
Publié dans : #Cinéma

La documentariste Anne Kuravi a suivi les dernières semaines de son amie Anne Matalon dans son combat contre un cancer chronique. Son film, Le moment et la manière, pudique et bouleversant, rend hommage à la joie de vivre d'une femme dépossédée de son envie de choisir sa fin.

 

"Le moment et la manière", un film de Anne Kunravi

Depuis 14 ans, Anne se bat contre un cancer. Malgré les traitements lourds et la chimiothérapie, elle veut garder le moral et le goût de vivre. Mais la maladie semble avoir gagné la partie. Anne, qui refuse de mourir dans la souffrance, voudrait choisir «le moment et la manière» pour quitter ce monde...

 

 

Anne Matalon est philosophe de formation et chargée de communication à la Caisse des Dépôts, mais aussi écrivaine puisqu'elle a publié, de manière assez confidentielle, plusieurs romans et recueils entre 1996 et 2006. Atteinte d'un cancer des ovaires depuis quatorze ans, Anne Matalon a décidé de faire de son combat un film avec son amie réalisatrice Anne Kunravi. Mais après quelques de jours de tournage au printemps 2012, elle est hospitalisée et mourra en juillet, trois jours après son 53ème anniversaire. Le film est un hommage à sa mémoire ainsi qu'une belle réflexion sur le droit à mourir dans la dignité.

 

En 1998, le diagnostic tombe : cancer des ovaires. Anne Matalon est effondrée, elle l'explique à la caméra, "le ciel [lui est] tombé sur la tête". Se pensant faible et pas l'âme d'une combattante, elle va trouver en elle des forces insoupçonnées pour lutter contre la maladie et vivre avec, suite à de nombreux traitements et opérations, résumés dans une de ses peintures, à son image, pleine d'humour et d'autodérision. Quatorze ans après le premier diagnostic, Anne Matalon a appris à vivre avec un cancer chronique, elle a même créé une association et une boutique (L'Embellie, à Paris, près de Bastille) proposant ses services aux femmes atteintes du cancer. Le film montre aussi comment elle pense, avec beaucoup de sang froid, à la fin, à "sa" fin. Face à l'absurdité de la législation française, il faut trouver une solution pour choisir "le moment et la manière" de partir. Le débat est ouvert sur les conditions de fin de vie, le suicide assisté et l'euthanasie. Anne Kunravi filme les questionnements de son amie ainsi que ses doutes et ses états d'âme avec beaucoup de pudeur et un brin de poésie. C'est la force de ce film bouleversant, court (59 minutes) et qui donne à voir une colère sourde mais réelle face à la dépossession de notre droit à mourir dans la dignité.

Commenter cet article

Articles récents

Hébergé par Overblog