Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Un cinéphile dans la ville.

Un cinéphile dans la ville.

Critiques ciné et autres.

Publié le par Hugo Brown
Publié dans : #Cinéma

Pour son deuxième long-métrage, Michael R. Roskam traverse l'Atlantique. Ecrit par Dennis Lehane, Quand vient la nuit est un pur film noir, à la mise en scène rigoureuse et porté par des acteurs fascinants.

"Quand vient la nuit", un film de Michael R. Roskam

Bob Saginowski, barman solitaire, suit d’un regard désabusé le système de blanchiment d’argent basé sur des bars-dépôts – appelés « Drop bars » - qui sévit dans les bas-fonds de Brooklyn. Avec son cousin et employeur Marv, Bob se retrouve au centre d’un braquage qui tourne mal. Il est bientôt mêlé à une enquête qui va réveiller des drames enfouis du passé...

 

 

Le premier film de Michael R. Roskam, Bullhead, a séduit le public et la critique lors de sa sortie (lire l'article du 27 février 2012). A tel point que Hollywood lui a rapidement fait les yeux doux. Roskam a accepté à condition de choisir sa ville de tournage et d'emmener son équipe technique. Ainsi retrouve-t-on, entre autres, son chef op (Nicolas Karakatsanis), son compositeur (Raf Keunen) mais aussi son acteur fétiche Matthias Schoenaerts. Le scénario est adapté d'une nouvelle de Dennis Lehane, roi du film noir adapté trois fois au cinéma (Mystic River, Gone Baby Gone, Shutter Island), qui signe ici lui-même son premier scénario pour le grand écran. Roskam a décidé d'employer, dans le rôle principal, le double américain de Matthias Schoenaerts, Tom Hardy, acteur exceptionnel au charisme ravageur, ainsi que James Gandolfini (dans son dernier rôle) et Noomi Rapace.

 

L'intrigue de Quand vient la nuit, dont le titre original est The Drop, se situe dans les bars des coins les moins fréquentés de Brooklyn, où la mafia tchétchène dépose ses liquidités chaque soir, changeant d'adresse presque tous les jours. Tom Hardy incarne, à l'opposé de son physique et de son passé cinématographique, un type qui veut juste être oublié et vivre une petite vie tranquille. Mais, évidemment, rien ne va se dérouler comme il l'entend. Au-delà de la qualité du scénario, c'est la mise en scène de Roskam qui séduit dans ce film noir. Le réalisateur belge filme, comme dans Bullhead, des hommes massifs (les trois acteurs principaux ne sont pas vraiment des brindilles), des corps lourds et des énergies animales. Les séquences partagées par Tom Hardy et Matthias Schoenaerts sont d'une forte intensité. Si Hollywood accepte Michael R. Roskam, on rêve de voir le cinéaste diriger les plus grands acteurs américains. Et on n'a pas fini de rêver.

Commenter cet article

Articles récents

Hébergé par Overblog