Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Un cinéphile dans la ville.

Un cinéphile dans la ville.

Critiques ciné et autres.

Publié le par Hugo Brown
Publié dans : #Cinéma

Michael Cuesta s'inspire de la vie d'un journaliste pour son nouveau film, Secret d'état, un thriller politique. Une série B efficace qui manque un peu de nerf pour convaincre totalement.

"Secret d'état", un film de Michael Cuesta

Une vérité incroyable se dessine : les rebelles du Nicaragua travailleraient directement avec la CIA pour introduire de la cocaïne aux Etats-Unis et l’argent résultant de ce trafic servirait à armer les milices des Contras que veulent soutenir les Etats-Unis. Pour faire exploser la vérité, Webb prend tous les risques et se rend au Nicaragua afin de soutirer des informations essentielles au baron de la drogue Norwin Meneses. Il écrit bientôt une série d’articles qui secoue l’Amérique tout entière… Webb devient alors une cible pour les journalistes rivaux mais aussi pour les responsables du trafic : un véritable complot se trame contre lui…

 

 

Le cinéma américain s'est toujours intéressé aux affaires dans lesquelles des journalistes dévoilaient des complots ou des scandales politiques. Michael Cuesta, que l'on a connu comme réalisateur de plusieurs épisodes de Dexter, Six Feet Under ou Homeland, réalise ce thriller dans lequel il retrouve Jeremy Renner, qu'il a dirigé dans 12 and Holding. C'est Peter Landesman, ancien journaliste d'investigation et réalisateur du récent Parkland (lire l'article du 4 octobre 2013), qui a écrit le scénario, adaptant deux livres (Kill the messenger et Dark Alliance) relatant la folle découverte du reporter Gary Webb. Le journaliste sera harcelé par les politiques, les trafiquants, ses confrères et même sa direction jusqu'à sa mort en 2004, officiellement un suicide, mais Webb a été retrouvé avec deux balles dans la tête…

 

Michael Cuesta ne s'inscrit pas dans la lignée des Hommes du Président, loin s'en faut, mais Secret d'état n'a pas la prétention d'être autre chose qu'une série B plutôt réussie. Avec application, le réalisateur installe les enjeux et les conséquences de la découverte de Gary Webb. On pense plus à l'atmosphère d'une série pour une chaîne câblée qu'à un œuvre de cinéma, et c'est la limite du film, qui prend trop de temps pour s'intéresser à la vie de famille du journaliste, négligeant parfois l'aspect politique et oubliant peut-être qu'il n'a que deux heures devant lui, et non pas une "saison" entière. Néanmoins, le film reste efficace et aborde (mais survole) les points les plus marquants de cette incroyable affaire.

Commenter cet article

Articles récents

Hébergé par Overblog