Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Un cinéphile dans la ville.

Un cinéphile dans la ville.

Critiques ciné et autres.

Publié le par Hugo Brown
Publié dans : #Cinéma

Après plusieurs courts-métrages remarqués, Virgil Vernier signe Mercuriales, son deuxième long, qui mêle documentaire et fiction autour des tours jumelles de Bagnolet. Hypnotique et troublant.

"Mercuriales'", un film de Virgil Vernier

Les Mercuriales sont ces deux tours jumelles situées Porte de Bagnolet. Dans la banlieue parisienne elles évoquent des totems d’une grandeur déchue, symboles de la crise. C’est dans ce paysage sinistré qu’évoluent les héros du film, deux filles et un garçon d’une vingtaine d’années dont les rêves et les illusions se heurtent à la réalité de la société française d’aujourd’hui...

 

 

Virgil Vernier s'est fait remarquer grâce à ses documentaires et surtout son court-métrage de fiction Orléans, en 2013. Mercuriales n'est pas son premier long mais il est le premier à véritablement connaître une sortie commerciale. Entre fiction et documentaire, le réalisateur a pris les Mercuriales, ces deux tours jumelles, Porte de Bagnolet, qui l'ont fasciné depuis l'enfance et affichent leur ressemblance avec les Twin Towers effondrées le 11 septembre 2001. Après une introduction dans les sous-sols de cette construction typique des années 70, le film suit deux jeunes filles, qui se prennent, comme les tours, pour des jumelles, entre errances, joutes verbales et crainte de l'avenir.

 

Le réalisateur explore à la fois les symboles mythologiques et contemporains, et le nom des tours offrent un pont parfait. Les Mercuriales apparaissent, en toile de fond, comme deux personnages du film à part entière, une entité représentant le XXème siècle, déjà dépassé, symbole d'un monde qui a choisi le capitalisme comme religion. La narration fragmentée du film met ses personnages en avant puis les abandonne, parfois provisoirement. C'est un portrait de la société d'aujourd'hui que Virgil Vernier tente de peindre, avec plus ou moins de bonheur. Le film est esthétiquement formidable, avec un sens du cadre et de la lumière inouï. Néanmoins, le scénario aurait peut-être gagné à une construction un soupçon plus "classique" car la durée du film (1h48 pourtant) se fait sentir dans la dernière demi-heure. Mercuriales est un film intéressant et troublant, preuve d'un talent qui s'affirme un peu plus chaque fois.

Commenter cet article

Articles récents

Hébergé par Overblog