Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Un cinéphile dans la ville.

Un cinéphile dans la ville.

Critiques ciné et autres.

Publié le par Hugo Brown
Publié dans : #Cinéma

Le documentariste canadien Harold Crooks tire la sonnette d'alarme avec Le prix à payer. Avec pédagogie, le film montre comment "l'évitement fiscal" pourrait mettre en danger nos démocraties. Percutant.

"Le prix à payer", un film de Harold Crooks

L’évasion fiscale à grande échelle, telle que les géants de la nouvelle économie la pratiquent, creuse l’écart des revenus entre les privilégiés et le reste du monde, appauvrit les classes moyennes, et affaiblit les fondations de nos sociétés. Et si le prix à payer était la mort des démocraties ?

 

Dans un monde en crise, et en encore plus depuis 2008, Harold Crooks s'est appuyé sur le travail de l'économiste fiscaliste québécoise Brigitte Alepin (La crise fiscale qui vient, 2010) pour réaliser un documentaire limpide expliquant les mécanismes qui poussent les entreprises à "optimiser leurs impôts", comme disent leurs dirigeants, et sur les moyens légaux qui leur permettent d'économiser des milliards de dollars sur le dos des contribuables. En 2016, il paraît que 1% des plus riches de ce monde posséderont plus que les 99% restants (on se souvient du mouvement "occupy" qui traversa la planète en 2011).

 

Les grandes multinationales (Amazon, Google, Facebook, Apple…) ne paient pratiquement aucun impôt sur les fortunes qu'elles engrangent. Rien d'illégal, cependant, le système est ainsi fait que des interstices au sein des législations mondiales permettent ce scandale. Le manque à gagner des Etats pousse ces derniers à matraquer les classes moyennes pour continuer à maintenir "l'Etat Providence", devenu une illusion d'après les spécialistes qui ont la parole dans ce film, parole que  Harold Crooks donne à tous, requins de la finance, défenseurs altermondialistes et économistes du monde entier, dont le frenchie et médiatique Thomas Piketty.

 

La richesse aujourd'hui est dématérialisée, s'accumulant offshore dans des paradis fiscaux qui ne sont pas plus réels que nos "clouds" informatiques. "Les îles Caïmans pourraient s'enfoncer sous la mer et rester des centres financiers majeurs" déclare un fiscaliste. Didactique dans être ennuyeux, le film nous explique que les nouvelles technologies ont accéléré le processus. Des entreprises comme Instagram (13 employés et une revente pour un milliards de dollars), tout comme Facebook ou Twitter, font simplement fructifier les informations personnelles des utilisateurs, employés involontaires et bénévoles. Harold Crooks insère des images des principaux dirigeants d'Amazon ou Google répondant aux questions de parlementaires sur leur évasion fiscale ("nous ne vous reprochons pas d'être illégaux mais immoraux") et cela fait à la fois rire (les réponses sont d'une fausse candeur dont il vaut mieux s'amuser plutôt que d'en pleurer) et terriblement froid dans le dos. Il met aussi en évidence le rôle ambigu du Royaume-Uni, avec La City de Londres (où sont la plupart des grands sièges) et son régime particulier, datant de plusieurs siècles, qui doit une grande partie de son PIB aux retombées de l'évasion fiscale, les paradis fiscaux étant majoritairement d'anciens territoires du Commonwealth et des colonies. Le film de Harold Crooks est une sonnette d'alarme qui pousse les citoyens à comprendre et obliger (mais est-ce possible ?) leurs dirigeants à s'entendre sur une harmonisation fiscale. La récente victoire de Syriza en Grèce prend un tout autre sens, même si le film ne donne pas de solution et nous conforte dans l'idée que, sauf révolution majeure, rien ne changera, les inégalités allant inexorablement crescendo depuis le travail de sape fait entrepris par Thatcher et Reagan dans les années 80. Le risque pour la démocratie dans tout ça ? La montée des populistes comme on a pu le voir en Hongrie (Orban le démagogue d'extrême-droite manipulant le désespoir du peuple) ou dans d'autres pays européens, à commencer par la France…

Commenter cet article

Articles récents

Hébergé par Overblog