Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Un cinéphile dans la ville.

Un cinéphile dans la ville.

Critiques ciné et autres.

Publié le par Hugo Brown
Publié dans : #Cinéma

Fred Nicolas signe un premier film attachant, Max & Lenny, coécrit avec François Bégaudeau et porté par deux jeunes actrices magnifiques, Camélia Pand'or et Jisca Kalvanda. Fragile, parfois maladroit, mais toujours juste.

"Max et Lenny", un film de Fred Nicolas

Lenny est une adolescente sauvage et solitaire d'une cité des quartiers nord de Marseille. C’est par le rap qu’elle exprime les difficultés de son quotidien. C’est aussi par lui qu’elle réussit à s’en évader. Un soir, alors qu’elle répète en cachette dans un chantier à l’abandon, Lenny rencontre Max, une jeune Congolaise sans-papiers qui tombe sous le charme de sa voix et de la puissance de ses mots.

 

 

Originaire de Marseille, Fred Nicolas s'est inspiré pour son premier long-métrage de la jeunesse de la rappeuse Keny Arkana, en prenant toute fois de nombreuses libertés, ne s'agissant pas d'une biographie. Assistant réalisateur sur des films Robert Guédiguian, Julie Bertuccelli, Pierre Salvadori (qui tient ici un petit rôle) ou Arnaud Desplechin, le cinéaste n'en est pas à son coup d'essai puisqu'il a réalisé plusieurs courts-métrages. Max & Lenny se situe dans les quartiers nord de Marseille que le réalisateur connaît bien, évitant ainsi de nombreux stéréotypes, même s'il n'élude pas la question, réelle, du trafic de drogue, qui prend part au récit. C'est d'ailleurs le point de départ, Lenny est poursuivie par des dealers à qui elle a volé un kilo de shit. C'est alors qu'elle rencontre, par hasard, Max, une jeune Congolaise sous le coup d'un OQTF (Obligation de Quitter le Territoire Français) dès sa majorité, dans quelques mois.

 

"La musique, c'est la vie" clame Lenny, passionnée de rap et qui écrit dans la tradition des "lyricists", loin des clichés du rap bling-bling présent dans les médias, avec une poésie âpre et à l'écriture "cash". Lenny vit pour son rap, même si elle n'a pas la confiance en elle nécessaire pour se lancer dans la carrière dont elle rêve. Il faut dire aussi que sa vie est parsemée d'embuches (on n'en dira pas plus, pour éviter de "spoiler"). Max, elle, fait tout son, possible pour éviter la police et rester en France. Elle va au lycée, s'occupe de ses frères, de sa grand-mère (sa mère a déjà été expulsée). Fred Nicolas dresse le portrait de deux jeunes femmes laissées en marge de la société, sans verser pour autant dans la complaisance ou le discours angéliste. La mise en scène est à la fois nerveuse (caméra épaule) et aérienne (plans larges, fluidité), accompagnant deux interprètes exceptionnelles : Camélia "Lenny" Pand'or (rappeuse de son état) et Jisca "Max" Kalvanda (qui pourrait avoir une jolie carrière devant elle). En trame sonore de ce film attachant malgré ses quelques faiblesses, le flow de Camélia / Lenny se mêle à un concerto de Mozart, pour le meilleur effet. Une belle découverte.

Commenter cet article

Articles récents

Hébergé par Overblog