Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Un cinéphile dans la ville.

Un cinéphile dans la ville.

Critiques ciné et autres.

Publié le par Hugo Brown
Publié dans : #Cinéma

Premier film du monteur Saar Klein, Things people do se pose la question de la morale dans notre société moderne. Une mise en scène élégante porte ce film un peu inégal.

"Things people do", un film de Saar Klein

Bill, un père de famille dévoué, perd son travail du jour au lendemain. Il n'a alors pas d'autre choix que celui d'entrer, presque à son insu, dans l'illégalité. Quand il se lie d'amitié avec un inspecteur de police, c'est la double vie qui est désormais la sienne qui risque à terme d'être révélée…

 

 

Saar Klein est un monteur plusieurs fois cité aux Oscars, notamment pour son travail sur La ligne rouge de Terrence Malick (il a aussi monté Le nouveau monde) et Almost famous de Cameron Crowe. Pour sa première réalisation, Things people do, dont il a écrit le scénario, Klein a choisi de suivre le parcours d'un honnête père de famille lambda qui, suite à son licenciement qu'il tait à sa famille, se retrouve dans l'illégalité et confronté à ses propres convictions morales. Etouffé par des crédits (notamment de la piscine familiale, élément central du film), ce quadra ne sait plus comment faire face. Le hasard fait qu'il va se lier d'amitié avec un policier en pleine dépression qui enquête sur les délits commis par le père de famille.

 

La mise en scène, assez contemplative, est fidèle à l'esprit de Terrence Malick avec qui il a travaillé à plusieurs reprises. C'est d'ailleurs la productrice de The tree of life qui finance le projet. Avec peu d'effets, le réalisateur resserre l'étau autour d'un homme honnête qui ne s'est jamais imaginé violer la loi et élève ses enfants dans ces valeurs de respect. Le sujet du film, c'est aussi la violence de la crise économique et morale qui touche l'Amérique. Malgré de nombreuses qualités, le film peine néanmoins à réellement traiter son sujet, notamment l'amitié incongrue entre le flic paumé et le père de famille honteux, qui ne va pas loin au-delà de son postulat de départ, pourtant passionnant. Le dilemme moral de cet homme est filmé, souvent avec bonheur, de manière métaphorique : l'eau de la piscine se trouble de saletés au fur et à mesure de la descente aux enfers du héros. Un projet prometteur qui laisse entrevoir, par-delà ses maladresses, une sensibilité intéressante.

Commenter cet article

Articles récents

Hébergé par Overblog