Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Un cinéphile dans la ville.

Un cinéphile dans la ville.

Critiques ciné et autres.

Publié le par Hugo Brown
Publié dans : #Cinéma

Marjane Satrapi signe son premier film américain avec The Voices, une comédie qui mêle habilement romance et thriller. Un film hilarant et conforme à l'univers atypique de la réalisatrice.

"The Voices", un film de Marjane Satrapi

Jerry vit à Milton, petite ville américaine bien tranquille où il travaille dans une usine de baignoires. Célibataire, il n’est pas solitaire pour autant dans la mesure où il s’entend très bien avec son chat, M. Moustache, et son chien, Bosco. Jerry voit régulièrement sa psy, aussi charmante que compréhensive, à qui il révèle un jour qu’il apprécie de plus en plus Fiona - la délicieuse Anglaise qui travaille à la comptabilité de l’usine. Bref, tout se passe bien dans sa vie plutôt ordinaire - du moins tant qu’il n’oublie pas de prendre ses médicaments...

 

 

Depuis son premier film (Persepolis en 2007), acclamé par la critique et le public, Marjane Satrapi aime brouiller les pistes : une comédie mélancolique (Poulet aux prunes), un délire post-punk (La bande des jotas) et maintenant une comédie horrifique avec The Voices, dont le scénario dormait depuis quelques années dans les tiroirs de producteurs américains. Dans une petite ville paumée des Etats-Unis, Jerry (Ryan Reynolds, très convaincant) travaille dans l'usine de baignoires, principal employeur de la région. On pressent toutefois que ce trentenaire n'est pas tout à fait comme tout le monde : employé modèle, à la politesse maladroite et à qui sa psy demande s'il prend bien son traitement… La schizophrénie de Jerry est matérialisée par les voix qu'il entend : écoutera-t-il celle de son chat (Mr Moustache) qui l'incite à suivre toutes ses plus basses pulsions ou celle de son chien (Bosco) qui croit à sa profonde bonté ?

 

L'atout majeur de ce film est dans son humour noir, avec des "dialogues" désopilants entre Jerry et ses deux animaux de compagnie. Marjane Satrapi joue sur les clichés que l'on a sur les chiens et les chats, les premiers étant plutôt débonnaires et compréhensifs avec leur maître adoré, tandis que les seconds, cyniques, ne pensent qu'à humilier et pousser leur "humain" à succomber à toutes les tentations. Rien que pour les répliques de Mr Moustache et Bosco, le film vaut la peine. La réalisatrice n'oublie cependant pas sa trame horrifique et, malgré la veine comique, The Voices est également un pur thriller, avec un travail particulièrement remarquable sur le décor, l'appartement de Jerry changeant légèrement d'aspect au fil des humeurs de son propriétaire. Ce mélange des genres est une vraie réussite, provoquant suspense et franche rigolade.

Commenter cet article

Articles récents

Hébergé par Overblog