Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Un cinéphile dans la ville.

Un cinéphile dans la ville.

Critiques ciné et autres.

Publié le par Hugo Brown
Publié dans : #Cinéma

Stefan Liberski adapte un roman de sa compatriote Amélie Nothomb dans Tokyo Fiancée, avec Pauline Etienne dans le rôle de l'excentrique écrivaine. Une comédie loufoque dans l'esprit de son auteur.

"Tokyo Fiancée", un film de Stefan Liberski

La tête pleine de rêves, Amélie, 20 ans, revient dans le Japon de son enfance. Elle propose des cours particuliers de français et rencontre Rinri, son premier et unique élève, un jeune Japonais qui devient bientôt son amant. A travers les surprises, bonheurs et déboires de ce choc culturel drôle et poétique, nous découvrons une Amélie toute en spontanéité et tendresse, qui allie la grâce d'un ikebana à l'espièglerie d'un personnage de manga.

 

 

Deux romans d'Amélie Nothomb ont déjà été adaptés au cinéma. D'abord Hygiène de l'assassin (François Ruggieri, 1999) que l'écrivaine a détesté, puis Stupeur et tremblements (Alain Corneau, 2003) avec Sylvie Testud, approuvé par la belge au chapeau. Stefan Liberski, écrivain et réalisateur belge, s'est attaqué à Ni d'Adam ni d'Eve (lire l'article du 17 septembre 2007), issu de la veine autobiographique de l'œuvre de Nothomb. Celle-ci y racontait son retour au Japon, où elle est née, à l'âge de vingt ans ainsi que sa rencontre avec Rinri qui deviendra son premier fiancé.

 

Assez inventif formellement avec ses vignettes "nippones" pleines d'humour, le film reprend les jalons posés par Amélie Nothomb : une loufoquerie à toute épreuve, de l'autodérision (et même de l'autodépréciation, souvent) et une déclaration d'amour au Japon qui n'empêche pas un rapport ambigu avec ce pays fascinant. Belge désirant ardemment être une japonaise, Amélie est à mi-chemin entre Nothomb et Amélie Poulain, facétieuse, mutine, rêveuse et complètement fascinée par les coutumes d'un pays si différent de celui qui lui donne sa nationalité. Pauline Etienne est remarquable, on jurerait voir Nothomb, avec plus de légèreté tout de même, et son partenaire Taichi Inoue a ce qu'il faut de charme et de retenue toute nippone. Sans être renversant, le film adapte fidèlement Nothomb et donne envie de se replonger dans son œuvre.

Commenter cet article

Articles récents

Hébergé par Overblog