Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Un cinéphile dans la ville.

Un cinéphile dans la ville.

Critiques ciné et autres.

Publié le par Hugo Brown
Publié dans : #Cinéma

Peter Bogdanovich revient après plus de dix ans d'absence au cinéma avec Broadway Therapy, une comédie dans l'inspiration de Lubitsch, plusieurs fois cité. Un film sympathique à l'humour élégant.

"Broadway Therapy", un film de Peter Bogdanovich

Lorsqu’Isabella rencontre Arnold, un charmant metteur en scène de Broadway, sa vie bascule. À travers les souvenirs – plus ou moins farfelus – qu’elle confie à une journaliste, l’ancienne escort girl de Brooklyn venue tenter sa chance à Hollywood, raconte comment ce « rendez-vous » lui a tout à coup apporté une fortune, et une chance qui ne se refuse pas... Tous ceux qui se trouvent mêlés de près ou de loin à cette délirante histoire vont voir leur vie changer à jamais dans un enchaînement de péripéties aussi réjouissantes qu’imprévisibles. Personne n’en sortira indemne, ni l’épouse d’Arnold, Delta, ni le comédien Seth Gilbert, ni le dramaturge Joshua Fleet, pas même Jane, la psy d’Isabella...

 

 

Wes Anderson et Noah Baumbach (le réalisateur de Greenberg et Frances Ha) sont coproducteurs de Broadway Therapy et ont largement contribué au retour de Peter Bogdanovich au cinéma alors que le réalisateur s'était tourné vers la télévision depuis 2001, son dernier film distribué en France datant de 1994. Le vieux cinéaste se dit nostalgique de l'âge d'or hollywoodien et rend hommage avec ce nouveau film à la screwball comedy née dans les années 30. Broadway Therapy est truffé de références au maître du genre, Lubitsch, dont un extrait de La folle ingénue est -quasiment- reproduit.

 

Sans temps mort, c'est en plein vaudeville que nous transporte Bogdanovich, dans le milieu off de Broadway, brocardant donc le show business et les artistes (surtout les acteurs), éternels inconstants. Les dialogues qui fusent et les portes qui claquent font penser à Woody Allen qui aurait adapté Feydeau. On trouve même une psy hystérique (Jennifer Aniston, remarquable), le personnage le plus drôle de ce film. Quiproquos, scènes de ménages, répétitions dans un théâtre new-yorkais, tout est là. Et pourtant, en dépit de répliques piquantes, le film ne séduit pas autant qu'on l'espérait. Un feel good movie cinéphile, certes, mais parfois un peu prévisible.

Commenter cet article

Articles récents

Hébergé par Overblog