Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Un cinéphile dans la ville.

Un cinéphile dans la ville.

Critiques ciné et autres.

Publié le par Hugo Brown
Publié dans : #Cinéma

Alex Lutz passe derrière la caméra et signe son premier film, Le talent de mes amis. Une comédie à la réalisation inventive mais sans rythme et au scénario trop faible pour surprendre.

"Le talent de mes amis", un film de Alex Lutz

Alex et Jeff, collègues de bureau dans une multinationale, sont aussi les meilleurs amis du monde depuis le lycée. Avec leurs femmes respectives, ils forment ensemble presque une famille, qui se fraye un chemin dans la vie, tranquillement, doucement, sans grande ambition. Pourtant l’arrivée de Thibaut, conférencier et spécialiste en développement personnel, ne va pas tarder à mettre à mal leur équilibre pépère. Et pour cause, Thibaut est un ami d’enfance d’Alex. À l’époque, ces deux-là, super complexés et toujours mis à l’écart dans la cour d’école, s’étaient promis de réussir leur vie, coûte que coûte. Aujourd’hui, le beau et brillant Thibaut semble pour sa part avoir tenu sa promesse et pousse Alex à réaliser ses rêves au risque de perdre l’amitié de Jeff... Mais sommes-nous tous voués à un destin exceptionnel ?

 

 

Alex Lutz a connu le succès sur scène en one-man-show, à la mise en scène (Audrey Lamy) et dans de nombreux seconds rôles. Il incarne aussi sur Canal Plus, avec Bruno Sanches, la pastille quotidienne hilarante Catherine et Liliane. Pour son premier film, Le talent de mes amis, il s'entoure donc de la même équipe, ainsi que de Tom Dingler (coscénariste de Catherine et Liliane). L'acteur-réalisateur s'imagine donc dans ce dont la comédie US raffole, la midlife crisis : deux potes de 35 ans se rendent compte que leur vie leur a échappé, qu'ils ont oublié la folie de leurs rêves de jeunesse. Why not.

 

A la différence de nombreuses comédies françaises qui négligent la réalisation, Alex Lutz fait preuve d'inventivité dans sa mise en scène, avec des chorégraphies inattendues, une imitation émouvante du cheval (si, si, à voir) ou un choix de prendre son temps, évitant la vanne à tout prix. Mais le revers de la médaille est une absence de rythme qui s'installe trop vite et un scénario sans surprise. N'est pas Judd Apatow qui veut. Les personnages féminins, bien écrits, apportent une sensibilité bienvenue, grâce à Audrey Lamy et Anne Marivin. Mais ça ne suffit pas à sortir le film d'un ronronnement qui finit par susciter l'ennui.

Commenter cet article

Articles récents

Hébergé par Overblog