Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Un cinéphile dans la ville.

Un cinéphile dans la ville.

Critiques ciné et autres.

Publié le par Hugo Brown
Publié dans : #Cinéma

Brad Peyton s'attaque le film catastrophe avec San Andreas, dans la veine des cartons de Roland Emmerich. Un blockbuster sans intelligence mais un pur divertissement visuel aux allures de plaisir coupable.

"San Andreas", un film de Brad Peyton

Lorsque la tristement célèbre Faille de San Andreas finit par s'ouvrir, et par provoquer un séisme de magnitude 9 en Californie, un pilote d'hélicoptère de secours en montagne et la femme dont il s'est séparé quittent Los Angeles pour San Francisco dans l'espoir de sauver leur fille unique. Alors qu'ils s'engagent dans ce dangereux périple vers le nord de l'État, pensant que le pire est bientôt derrière eux, ils ne tardent pas à comprendre que la réalité est bien plus effroyable encore…

 

 

Les années 90 ont vu l'âge d'or des films catastrophes, avec Roland Emmerich en figure de proue (Independence Day, Le jour d'après, 2012) et d'autres succès au box-office (Twister, Apollo 13, Armageddon, Volcano). Le genre, un peu tombé en désuétude, profite d'un revival des vieilles lanternes hollywoodiennes (reboot de Mad Max par exemple) et Brad Peyton surfe sur la tendance avec San Andreas, qui reprend à la lettre tous les codes auxquels le spectateur est habitué. Qu'il s'agisse de refroidissement climatique, de virus, d'invasion d'extraterrestres, d'inondations, d'incendies majeurs ou de volcans en éruption, la recette est la même : un père de famille super-héros (veuf ou divorcé de préférence) va partir sauver son enfant (et le monde) en affrontant les obstacles avec un courage exemplaire.

 

Autant dire de suite que San Andreas ne brille pas par la finesse de son scénario. Tout est ultra balisé, sans aucune surprise et même assez simpliste. Dwayne Johnson, le "héros" du film, est certainement l'un des plus mauvais acteurs en activité, mais pourtant le film fonctionne plutôt bien si l'on accepte que l'on est devant un plaisir coupable, une grosse production uniquement destinée à en mettre plein la vue. De ce côté, c'est réussi, avec des effets spéciaux remarquables et une action qui ne faiblit pas trop. Le héros affronte les éléments en hélicoptère, en avion, en voiture, en bateau, avec une aisance égale dans le pilotage de tous ces appareils. Invraisemblable mais efficace, San Andreas réussit son pari de divertissement, à la manière d'une attraction dans un parc. On n'en demande pas plus à ce type de cinéma.

Commenter cet article

Articles récents

Hébergé par Overblog