Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Un cinéphile dans la ville.

Un cinéphile dans la ville.

Critiques ciné et autres.

Publié le par Hugo Brown
Publié dans : #Cinéma

Présenté en sélection officielle au Festival de Cannes 2015, Amy est un documentaire déjà très commenté du cinéaste Asif Kapadia sur la vie courte mais mouvementée de la chanteuse Amy Winehouse. Le portrait émouvant d'une jeune femme écrasée par la drogue, l'alcool et une célébrité destructrice.

"Amy" un film de Asif Kapadia

Dotée d’un talent unique au sein de sa génération, Amy Winehouse a immédiatement capté l’attention du monde entier. Authentique artiste jazz, elle se servait de ses dons pour l’écriture et l’interprétation afin d’analyser ses propres failles. Cette combinaison de sincérité à l’état brut et de talent ont donné vie à certaines des chansons les plus populaires de notre époque. Mais l’attention permanente des médias et une vie personnelle compliquée associées à un succès planétaire et un mode de vie instable ont fait de la vie d’Amy Winehouse un château de cartes à l’équilibre précaire. Le grand public a célébré son immense succès tout en jugeant à la hâte ses faiblesses. Ce talent si salvateur pour elle a fini par être la cause même de sa chute. Avec les propres mots d’Amy Winehouse et des images inédites, Asif Kapadia nous raconte l’histoire de cette incroyable artiste, récompensée par six Grammy Awards.

 

 

Amy Winehouse a rejoint le 23 juillet 2011 le triste "Club des 27", celui de ces artistes morts avant de fêter leurs 28 ans (Janis Joplin, Kurt Cobain, Jimi Hendrix, Jim Morrison…). Asif Kapadia, qui a grandi, comme la chanteuse, dans le nord de Londres, avait déjà réalisé un beau documentaire sur Ayrton Senna, basé sur le même procédé d'images d'archives. Le projet Amy, soutenu par la famille et les proches (qui n'ont finalement pas aimé le résultat), regorge d'images privées, tournés par les proches de la star depuis son enfance, mais aussi de captations plus classiques (performances en télé, interviews, concerts…). A l'heure des réseaux sociaux et de l'internet à la mémoire infinie, on se rend compte que la chanteuse a été filmée toute sa vie, y compris avant d'être une personnalité publique.

 

Le film propose de retracer la carrière d'Amy Winehouse de 1998 (ses débuts, bien avant d'être repérée pour enregistrer un disque) à sa mort en 2011, avec quelques archives familiales sur son enfance. On la retrouve enregistrant ses chansons (séquence bouleversante de la session Back to black, une des chansons dédiées à son ex-amoureux et compagnon de décadence), parcourant les plateaux télé avec son regard de petite fille perdue ou dans des contextes plus intimes (vacances, voyage de noces et même cure de désintoxication). Le père, figure centrale à la fois vénérée et détestée, jouera un rôle ambigu dans ce destin funeste, soutenant sa fille et venant la rejoindre sur une île où elle s'est retirée… accompagné d'une équipe de télévision. Au-delà de son talent musical et de ses addictions, Amy Winehouse apparaît comme la victime d'un système médiatique et du show-business qui dévore ceux qui ne sont pas prêts ou pas assez solides pour l'endurer. Entre ses relations toxiques et sa sincérité maladive, la chanteuse pouvait difficilement échapper à une fin tragique. Le film, un poil trop long, rend hommage à cette artiste qui aura, en seulement deux albums somptueux, marqué sa génération.

Commenter cet article

Articles récents

Hébergé par Overblog