Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Un cinéphile dans la ville.

Un cinéphile dans la ville.

Critiques ciné et autres.

Publié le par Hugo Brown
Publié dans : #Cinéma

Les productions Blumhouse dévoilent Gallows, un nouveau film d'horreur dans la veine de leurs succès Paranormal Activity ou Insidious. Quelques rares bons passages dans ce film pas vraiment effrayant.

"Gallows", un film de Travis Cluff et Chris Lofing

Dans une petite ville, un accident se produit pendant le spectacle de fin d'année du lycée et fait plusieurs morts. Vingt ans plus tard, des lycéens du même établissement remontent la pièce pour rendre hommage aux victimes de la tragédie, mais découvrent qu'il vaut mieux parfois ne pas ressusciter les fantômes…

 

 

Depuis Le projet Blair Witch, le film d'horreur a trouvé une nouvelle vie, artistique et financière, dans le found footage et la caméra subjective : immersion garantie et faibles coûts de production. La société Blumhouse s'est fait une spécialité de ces films de genre low cost, à commencer par la lucrative saga Paranormal Activity. Avec Gallows ("potence", en anglais), le spectateur est plongé presque intégralement dans un lycée où se prépare un spectacle en hommage à une pièce de théâtre jouée vingt ans plus tôt et qui s'acheva de manière dramatique.

 

Sous prétexte d'une sorte de making of de la pièce de théâtre, un élève filme la préparation de cet hommage et filme en permanence ses camarades, les bizutant pour la plupart. Après cette (très) longue introduction, quatre jeunes se retrouvent en pleine nuit dans l'enceinte du lycée, sur le décor de la pièce maudite. Enfermé dans ce qui va devenir un enfer, la bande d'ados est en prise avec un esprit malfaisant, dont on imagine qu'il s'agit du "fantôme" de la victime de l'accident survenu vingt ans plus tôt. Les réalisateurs réussissent à créer quelques moments de  tension et quelques jump scares mais le scénario révèle vite ses failles avant un final vraiment tiré par les cheveux. Une déception de plus dans le marché surchargé du film de genre.

Commenter cet article

Articles récents

Hébergé par Overblog