Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Un cinéphile dans la ville.

Un cinéphile dans la ville.

Critiques ciné et autres.

Publié le par Hugo Brown
Publié dans : #Cinéma

Après le carton de Projet X, Nima Nourizadeh se retrouve à la tête d'un nouveau film décalé, American Ultra, comédie d'action portée par Jesse Eisenstein et Kristen Stewart. Un divertissement plaisant qu'une vraie mise en scène aurait pu rendre jouissif.

"American Ultra", un film de Nima Nourizadeh

Une comédie d’action à propos de Mike Howell dont la vie paisible et sans ambition avec sa petite amie Phoebe se retrouve soudainement chamboulée. À sa grande surprise, Il est en fait un agent dormant surentrainé dont la mémoire a été effacée. En un clin d’œil, son passé refait surface et Mike se retrouve au milieu d’une opération gouvernementale visant à l’éliminer. Il va alors devoir faire appel à ses capacités insoupçonnées d’agent secret pour survivre.

 

 

Avec Projet X, Nima Nourizadeh signait en 2012 un carton mondial et même un petit phénomène avec ce film relativement navrant. Trois ans plus tard, le réalisateur britannico-indien est aux commandes d'un film de studio, American Ultra, écrit par Max Landis, fils de John Landis et scénariste du succès surprise Chronicle. En gros, un illuminé de la CIA décide de supprimer un agent dormant (le terme est ici plus que parlant…) considéré comme un danger alors qu'il passe le plus clair de son temps à fumer des joints et travaille dans la supérette du coin quand il ne roucoule pas avec sa petite amie. Le jeune tandem est incarné par le génial Jesse Eisenstein et Kristen Stewart, qui se révèle décidément toujours convaincante. Tout ne va pas se passer comme prévu quand l'agent dormant endormi découvre, à sa grande surprise, qu'il a des facultés extraordinaires.

 

Le scénario, plutôt invraisemblable mais efficace, est l'occasion d'opposer la machine gouvernementale à un jeune dont la mémoire a été effacée, façon Jason Bourne, mais avec plus d'humour et moins de thriller. La première partie du film installe tranquillement la vie de cet anti-héros très sympathique avant qu'un déferlement de violence et d'explosion ne l'oblige à passer, bien malgré lui, à l'action. Le film souffre d'un léger manque de rythme et surtout d'une véritable vision. La mise en scène, basique et à l'esthétique de clip, aurait pu (aurait dû) être plus folle, plus barrée, mais on sent que le réalisateur tient la bride en permanence, refusant de se lâcher complètement. C'est dommage, ce divertissement plutôt réussi avait tout pour être jouissif et devenir culte.

Commenter cet article

Articles récents

Hébergé par Overblog