Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Un cinéphile dans la ville.

Un cinéphile dans la ville.

Critiques ciné et autres.

Publié le par Hugo Brown
Publié dans : #Cinéma

Revenant sur les débuts du gangsta rap, F. Gary Gray livre avec N.W.A – Straight Outta Compton un biopic musical sur dix ans de hip-hop avec Dr Dre, Ice Cube et Eazy E. Un film un peu long mais très intéressant sur un courant majeur de la musique et des préoccupations politiques toujours actuelles.

"N.W.A - Straight Outta Compton", un film de F. Gary Gray

En 1987, cinq jeunes hommes exprimaient leur frustration et leur colère pour dénoncer les conditions de vie de l'endroit le plus dangereux de l’Amérique avec l'arme la plus puissante qu'ils possédaient : leur musique. Voici la véritable histoire de ces rebelles, armés uniquement de leur parole, de leur démarche assurée et de leur talent brut, qui ont résisté aux autorités qui les opprimaient. Ils ont ainsi formé le groupe de rappeur des N.W.A. en dénonçant la réalité de leur quartier. Leur voix a alors déclenché une révolution sociale qui résonne encore aujourd'hui.

 

 

Dans les années 80, le rap commence à prendre de l'ampleur et les petits groupes pullulent aux Etats-Unis. Parmi eux, N.W.A (Niggaz Wit Attitudes) est un collectif créé par Eazy E et son label Ruthless, accompagné notamment de ses potes Dr Dre (à la production) et Ice Cube (aux lyrics). Leur premier album, Straight Outta Compton, paru en 1988, est un immense succès et se vend par millions, considéré comme le fondateur du sous-genre du gangsta rap, un courant aux textes violents sur le quotidien des gangs dans les banlieues des grandes villes américaines, notamment Compton, près de Los Angeles.

 

Le film, un peu long (2h27), revient sur une décennie mouvementée dans l'histoire du groupe, de sa formation au décès de Eazy E de suites du SIDA en 1995. Entre premiers succès et brouilles à cause de l'argent et des royalties, les membres de N.W.A se déchirent et se vengent à coups de punchlines assassines. Mais le réalisateur n'oublie pas l'aspect politique avec la lutte contre le racisme des policiers envers les noirs (Fuck tha Police est interdit en radio) dont le point d'orgue est, en 1992, les émeutes de Los Angeles provoquées par l'acquittement de policiers qui avaient tabassé un noir (Rodney King) après un bête excès de vitesse. Ces émeutes font écho à l'actualité sombre de 2015 et les émeutes de Baltimore et Ferguson déclenchées par les violences policières à l'encontre de jeunes noirs. On regrette parfois que le film s'attarde sur des conflits financiers entre membres du groupe et managers, sans grand intérêt, mais le film a le mérite de se faire le témoin d'une page majeure de l'histoire de la musique urbaine. Dr Dre et Ice Cube à la production, le film de F. Gary Gray est parfois complaisant mais on ne peut que s'incliner devant le talent de ces artistes en réécoutant les morceaux de N.W.A, fondateurs du hip-hop contemporain.

Commenter cet article

Articles récents

Hébergé par Overblog