Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Un cinéphile dans la ville.

Un cinéphile dans la ville.

Critiques ciné et autres.

Publié le par Hugo Brown
Publié dans : #Cinéma

Anthony Hopkins est à l'affiche de Prémonitions, un thriller réalisé par Afonso Poyart qui a bien failli être la suite de Se7en avant remaniement. Une série B qui démarre bien mais joue, malheureusement, la surenchère pour un résultat bancal.

"Prémonitions", un film de Afonso Poyart

Un tueur en série énigmatique sévit à Atlanta, laissant le FBI totalement désemparé. Quoi qu’ils fassent, les enquêteurs ont toujours un coup de retard, comme si le tueur pouvait anticiper leurs mouvements à l’avance ! En désespoir de cause, ils se tournent vers le docteur John Clancy, un médium retraité dont les visions les ont aidés dans le passé. En étudiant le dossier, Clancy devine rapidement la raison pour laquelle le FBI est incapable de coincer le tueur : ce dernier possède le même don divinatoire que lui. Comment dès lors arrêter un tueur capable de prévoir l’avenir ? Commence alors une partie d’échecs impitoyable.

 

 

Anthony Hopkins a marqué l'histoire du cinéma avec son rôle de Hannibal Lecter dans Le silence des agneaux de Jonathan Demme, au point d'être aujourd'hui – agréablement – surpris de le retrouver du "bon" côté, en médium aidant le FBI à coincer un tueur en série pourvu du même don que lui. Aux côtés de l'acteur britannique, Abbie Cornish, Colin Farrell et Jeffrey Dean Morgan "font le job".

 

La réalisation de Poyart est étonnante en ce qu'elle oscille sans cesse entre virtuosité et effets de clip franchement agaçants. Le scénario, classique, n'évite pas les passages obligés du genre (message crypté du tueur, course poursuite, scènes de crime stylisées) mais aborde assez habilement l'euthanasie. Car ce tueur en série ne s'attaque qu'à des malades inguérissables et compte ainsi leur épargner d'atroces souffrances. Malheureusement, cette réflexion est vite survolée au profit d'une cascade de rebondissements grand-guignolesques tout à fait typiques d'une série B très calibrée. On ne s'ennuie pas vraiment mais le spectacle n'offre rien d'inédit.

Commenter cet article

Minaff 10/09/2015 12:03

C'est franchement pas très sympa de spoiler le film dans ta critique allociné. C'est sur que pour le coup il y aura encore moins d'inédit pour les prochains spectateurs....

Articles récents

Hébergé par Overblog