Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Un cinéphile dans la ville.

Un cinéphile dans la ville.

Critiques ciné et autres.

Publié le par Hugo Brown
Publié dans : #Cinéma

Premier film éthiopien présenté à Cannes, Lamb est aussi le premier film de Yared Zeleke. Un conte d'apprentissage partiellement autobiographique qui séduit par ses images et sa douceur mais dont le scénario montre de sérieux signes de faiblesse.

"Lamb", un film de Yared Zeleke

Ephraïm, un garçon de neuf ans, vit avec sa brebis Chuni dans les terres volcaniques d’Éthiopie. Lorsque sa mère meurt lors d’une famine, son père l‘envoie, accompagné de sa brebis, chez des parents éloignés dans une région plus verte du pays, loin de leur terre natale dévastée par la sécheresse. Dans ce nouvel environnement, Ephraïm a le mal du pays. Son oncle lui ordonne d’abattre sa brebis pour une fête à venir. Il élabore alors un stratagème pour sauver Chuni et retourner chez lui.

 

 

Né à Addis-Abeba, Yared Zeleke est élevé par sa grand-mère, une femme au fort caractère, jusqu'à ce qu'il quitte le pays. Aujourd'hui installé aux Etats-Unis, il a étudié le cinéma à New York après des études en agroéconomie pour tenter d'aider son pays natal. Sa jeunesse entourée de femmes à la forte personnalité lui a inspiré un premier long-métrage, Lamb, sous forme de conte initiatique mettant en scène un petit garçon qui veut tout tenter pour sauver sa brebis d'un sacrifice annoncé et préfère cuisiner er rester avec les femmes plutôt que de travailler aux champs.

 

L'attachement entre un enfant et un animal est un grand classique de la littérature et du cinéma et Lamb s'inscrit en partie dans cette veine pour raconter le quotidien des fermiers éthiopiens et d'une jeunesse bousculée entre le respect des traditions ancestrales et l'envie de découvrir un monde moderne. Les images somptueuses et le discours humaniste séduisent naturellement, mais le scénario est trop plat pour convaincre totalement, avançant sur des questions auxquelles il ne répond finalement pas, notamment quant aux personnages secondaires. Film éthiopien principalement destiné au marché international, Lamb reste un conte familial plutôt émouvant qui distribue de jolies leçons de vie.

Commenter cet article

Articles récents

Hébergé par Overblog