Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Un cinéphile dans la ville.

Un cinéphile dans la ville.

Critiques ciné et autres.

Publié le par Hugo Brown
Publié dans : #Cinéma

Après deux blockbusters navrants, M. Night Shyamalan revient à ses premières amours avec The Visit, tourné cette fois avec un tout petit budget. Malheureusement, ce film, pourtant assez malin, fait surtout rire par son côté grand guignolesque.

"The Visit", un film de M. Night Shyamalan

Deux enfants sont envoyés passer une semaine en Pennsylvanie, dans la ferme de leurs grands-parents. Mais lorsque l'un d'eux découvre qu'ils sont impliqués dans quelque chose de profondément dérangeant, leurs chances de retour s'amenuisent de jour en jour.

 

 

Les débuts de M. Night Shyamalan ont été auréolés de succès avec le culte Sixième Sens ainsi que Signes ou Incassable. La suite s'est avérée plus difficile avec des navets comme The Village ou le désastreux After Earth qui touchait le fond. Avec The Visit, le cinéaste revient donc par la petite porte, avec un budget limité et délesté du poids des grands studios (il a produit le film lui-même). Il reprend les codes du film en found footage, procédé pourtant usé jusqu'à la corde depuis son explosion dans les années 2000, pour les détourner. Mais l'opération vire au cauchemar quand il se prend les pieds dans le tapis et nous offre une sorte de parodie du genre.

 

Jamais le film ne fait peur ou n'intrigue. Mais il a tout de même une qualité, c'est son regard sur la construction d'un documentaire, sur son montage, via le personnage de la jeune fille, cinéphile et cinéaste en herbe qui assène à son frère les procédés pour faire un doc à Oscar. Malin, Shyamalan donne quelques leçons au passage et tacle les studios, souvent racoleurs. Mais, en dépit de cette curiosité, on rigole plus qu'on ne sursaute devant ce spectacle qui semble sorti d'un tiroir à séries Z des années 90.

Commenter cet article

Articles récents

Hébergé par Overblog