Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Un cinéphile dans la ville.

Un cinéphile dans la ville.

Critiques ciné et autres.

Publié le par Hugo Brown
Publié dans : #Cinéma

Emma Luchini adapte pour son second long-métrage, Un début prometteur, le roman de son compagnon Nicolas Rey. Le film, qui porte mal son titre, déçoit par son absence d'enjeu.

"Un début prometteur", un film de Emma Luchini

Martin, désabusé pour avoir trop aimé et trop vécu, retourne chez son père, un horticulteur romantique en fin de course. Il y retrouve Gabriel, son jeune frère de 16 ans, exalté et idéaliste, qu’il va tenter de dégoûter de l’amour, sans relâche. Mais c’est sans compter Mathilde, jeune femme flamboyante et joueuse, qui va bousculer tous leurs repères...

 

 

Cinq ans après son premier film et un an après son court-métrage césarisé (La femme de Rio, déjà écrit avec Nicolas Rey qui joue même le premier rôle), Emma Luchini revient au long avec Un début prometteur, chronique du retour à la vie d'un quadra alcoolique (Manu Payet, étonnant) grâce à la vitalité de son petit frère (Zacharie Chasseriaud), au soutien de son père (Fabrice Luchini) et au regard d'une femme qui va fasciner les trois hommes (Veerle Baetens, révélée par Alabama Monroe).

 

Le film surprend d'abord avec la présence de deux acteurs dans des rôles assez inédits pour eux : Manu Payet en alcoolique / loser philosophe et Fabrice Luchini en père de famille rangé, passionné par les fleurs et inhabituellement posé. Mais, une fois la surprise passée, la déception est d'autant plus grande. Emma Luchini ne parvient jamais à sortir son film de l'ornière d'un scénario trop paresseux, s'appuyant sur une bande d'acteurs, certes attachants, et non sur une construction solide. Sans rythme, ce Début prometteur est plus agaçant que séduisant.

Commenter cet article

Articles récents

Hébergé par Overblog