Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Un cinéphile dans la ville.

Un cinéphile dans la ville.

Critiques ciné et autres.

Publié le par Hugo Brown
Publié dans : #Mylène Farmer

L’année 2015 a été riche pour Mylène Farmer, avec la parution de deux livres et de son dixième album, Interstellaires, porté par son duo avec Sting. Un retour déroutant et une année pleine de surprises.

Mylène Farmer : bilan de l'année 2015

2014 a été synonyme de retrait pour Mylène Farmer, à l’exception de la sortie du DVD de sa dernière tournée, Timeless 2013, écoulé à plus de 200 000 exemplaires sans la moindre promotion. Les rumeurs vont bon train, notamment celle – persistante – d’un projet d’album avec le groupe Muse qu’elle admire particulièrement. Mais en 2015, Matthew Bellamy lui-même dément l’info et on apprend en février que la chanteuse s’apprête à publier un album… de photos. Il s’agit d’une rencontre avec la photographe Sylvie Lancrenon, célèbre portraitiste des actrices. L’entente fut telle lors de la séance que les deux femmes décident de publier un beau livre intitulé Fragile aux Editions Anne Carrière, chez qui Mylène avait publié son conte philosophique illustré Lisa-Loup et le conteur en 2003 et le recueil de photos Avant que l’ombre… à Bercy trois ans plus tard. En mai 2015, le livre paraît donc, regroupant des dizaines de clichés de la star dans l’argile et la poudre, dans une simplicité inhabituelle. Ces magnifiques photos sont accompagnées d’extraits de textes de chansons de la star, sélectionnés avec soin par la chanteuse. Fragile devient aussi une exposition dans une galerie parisienne, l’occasion de la première apparition publique de Mylène Farmer depuis 18 mois. Elle apparaît avec des béquilles…

 

Mylène Farmer : bilan de l'année 2015

Ces béquilles auront leur importance dans le reste de ses projets à venir puisqu’une immobilisation forcée de quelques mois suite à une chute donnera tout le temps à Mylène d’écrire son nouvel album, marqué par des envies d’ailleurs et un certain renouveau. Elle en profitera également pour illustrer un conte de Michel Onfray mais toutes ces informations restent secrètes pour le moment. C’est au beau milieu du mois d’août que la nouvelle tombe : Mylène Farmer est de retour dans les bacs avec un duo enregistré dans le plus grand secret avec Sting ! Stolen Car est une reprise d’un ancien titre du chanteur, paru en 2003, et dont la star « libertine » a réécrit une partie du texte en français. Cette rencontre inattendue est dévoilée via un site internet qui dévoile une photo, puis le nom du producteur (The Avener, la nouvelle coqueluche de l’électro en France) et enfin un compte à rebours menant au 28 août, date de parution de cette nouvelle chanson sur les plateformes de téléchargement et de streaming.

 

Dans la foulée, son public apprend que la chanteuse publiera son dixième album, baptisé Interstellaires, en fin d’année, trois ans après Monkey Me. Le single Stolen Car s’installe en tête des ventes dès sa sortie, devenant le quatorzième titre de la star à truster la pole position des charts, un record absolu. Le clip, tourné sous les yeux des badauds en plein Paris, dans un hôtel de luxe et sur les bords de Seine, est signé Bruno Aveillan (The Farmer Project, en 2008, c’était lui) et débarque sur les écrans au mois d’octobre. Ce retour fait un buzz autour de la chanteuse tel qu’on ne l’avait pas connu depuis une dizaine d’années et le titre est joué régulièrement par la plupart des radios, là aussi une première depuis le début des années 2000. Ce succès annonce la sortie d’Interstellaires pour le 6 novembre.

 

Mylène Farmer : bilan de l'année 2015

Tous les voyants sont au vert pour cette sortie et Mylène Farmer joue – un peu – le jeu de la promotion en enchaînant les interviews en radio et les apparitions télévisées : un JT le jour de la sortie et les NRJ Music Awards le lendemain, sans compter une première pour elle à la télévision américaine où elle est l’invitée de Jimmy Fallon dans son célèbre Tonight Show new-yorkais. La chanteuse y interprète son duo avec Sting et participe même à un mini sketch en plateau, après une courte interview, assénant un coup de poêle à frire en plein visage de l’animateur pour le punir de sa mauvaise connaissance du français. Ce retour médiatique est décidément des plus étonnants.

 

Comme pour Bleu Noir en 2010, Mylène Farmer délaisse son éternel complice Laurent Boutonnat pour confier la production de l’album à l’américain Martin Kierszenbaum, avec qui elle compose 9 des 11 titres de l’album, les deux autres pistes étant le duo avec Sting et une reprise du groupe Cheap Trick (I want you to want me) déjà interprétée en 2011 par Gary Jules avec qui elle a partagé la scène de sa tournée 2013. Les textes de Mylène sont plus lumineux, moins torturés mais restent dans le même sillon, évoquant l’amour, la mort, le sexe, « la vie, quoi » soulignera-t-elle au JT de TF1. Les compositions avec Martin Kierszenbaum sonnent également plus modernes, moins électroniques, à mi-chemin entre la pop-rock d’Anamorphosée et les ballades up-tempo de Bleu Noir. L’album, porté pour une fois par de plutôt bonnes critiques, se place en tête des ventes dès sa sortie avec 110 000 exemplaires vendus en première semaine, réalisant le meilleur démarrage de l’année – avant que le raz-de-marée Adele ne détrône la star française.

 

Mylène Farmer : bilan de l'année 2015

Parallèlement à cette actualité musicale, Mylène Farmer montre ses talents d’aquarelliste en illustrant le conte de Michel Onfray L’Etoile Polaire, une sortie assez confidentielle au moment des attentats du 13 novembre et des propos controversés du philosophe. Reste un conte poétique et touchant illustré de belles peintures de la chanteuse.

Alors que Stolen Car connaît un beau parcours dans les charts – son plus gros succès depuis Oui mais… non – Mylène décide de poursuivre l’exploitation d’Interstellaires en annonçant le clip d’un nouvel extrait de l’album, City of love, dont le teaser est dévoilé le 11 décembre. On apprend que le clip est réalisé par Pascal Laugier, connu pour ses films d’horreur. D’ailleurs, un de ses longs-métrages, Saint Ange, était déjà très inspiré de Giorgino, le film de Boutonnat et unique rôle au cinéma de la chanteuse. A quelques jours de Noël, c’est un conte poétique que livre Mylène Farmer dans le clip City of love. On découvre la chanteuse méconnaissable, transformée – après 6h30 de maquillage – en une créature étrange, mi extraterrestre, mi oiseau, errant dans un château hanté, découvrant des images de corps enlacés et rêvant de trouver l’amour. Les plus anciens feront le lien avec la créature de la fin du clip Comme j’ai mal, près de vingt ans plus tôt, à l’été 1996 en pleine promotion d’Anamorphosée.

 

L’année s’achève avec Interstellaires qui se maintient bien dans le top 10 des ventes et affiche 300 000 exemplaires vendus en deux mois. Ce n’est pas un triomphe mais un beau succès pour ce nouvel album, dans la lignée de ses précédentes productions, la chanteuse ayant depuis 2005 un rythme de croisière qui amène chaque album à finir entre 400 et 500 000 ventes. Reste à voir comment la star va poursuivre (ou non) l’exploitation de ce disque en 2016… D’ici là, wait and see…

Commenter cet article

Articles récents

Hébergé par Overblog