Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Un cinéphile dans la ville.

Un cinéphile dans la ville.

Critiques ciné et autres.

Publié le par Hugo Brown
Publié dans : #Cinéma

Angelina Jolie se met en scène aux côtés de Brad Pitt dans son nouveau film, Vue sur mer. Un drame amoureux plein de bonnes idées mais qui ne tient pas la distance et finit par sombrer.

"Vue sur mer", un film de Angelina Jolie Pitt

Roland, un écrivain américain, et sa femme Vanessa débarquent dans une station balnéaire, en France, dans les années 70. Le couple semble en crise. Tandis qu’ils se rapprochent d’autres touristes, comme Léa et François, jeunes mariés en vacances, et d’habitants, comme Michel et Patrice, Roland et Vanessa affrontent leurs propres difficultés.

 

 

Délaissant un peu les plateaux en tant qu’actrice et entre deux projets humanitaires, Angelina Jolie semble s’intéresser de plus en plus à la réalisation – elle annonce d’ailleurs qu’elle ne souhaite plus se retrouver devant la caméra. Dans Vue sur mer, son quatrième long-métrage, celle qui apparaît désormais sous le nom « Angelina Jolie Pitt » met en scène un huis clos, ou presque, avec son mari Brad Pitt et un casting 100% français : Mélanie Laurent, Melvil Poupaud, Niels Arestrup et Richard Bohringer.

 

Sur un des premiers tubes de Jane Birkin écrits par Gainsbourg, Jane B., le film s’ouvre, annonçant une esthétique rétro, au début des années 70 dans le sud de la France (le tournage s’est en réalité déroulé à Malte). Un couple d’américains visiblement au bord de la rupture s’installe dans un petit hôtel isolé au bord d’une crique. Monsieur est écrivain et cherche l’inspiration alors que Madame ne fait « absolument rien », aigrie et rongée par une douleur dont on apprendra plus tard la cause – à moins qu’on ne l’ait devinée dès le départ… Selon la réalisatrice, le film « parle d’un couple éprouvé par un drame, mais aussi de la force de l’amour et de la voie qu’il faut emprunter pour panser ses plaies et atteindre la sérénité. » Beau programme et la première demi-heure, envoûtante, est pleine de promesses, avec une mise en scène soignée. Malheureusement, le dispositif tourne bientôt à vide à cause d’un scénario trop faible, étiré sur deux longues heures et qui finit par nous plonger dans l’ennui qu’il voudrait pourtant ausculter. La musique de Gabriel Yared entrecoupée de tubes de l’époque (Gainsbourg, Aznavour, France Gall…) est une belle surprise mais cette Vue sur mer finit par prendre l’eau…

Commenter cet article

Articles récents

Hébergé par Overblog