Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Un cinéphile dans la ville.

Un cinéphile dans la ville.

Critiques ciné et autres.

Publié le par Hugo Brown
Publié dans : #Cinéma

Gilles Bannier réalise son premier film pour le cinéma avec Arrêtez-moi là, un polar porté par Reda Kateb. Un point de départ intéressant mais un scénario truffé d’invraisemblances et une réalisation poussive.

"Arrêtez-moi là", un film de Gilles Bannier

Chauffeur de taxi à Nice, Samson Cazalet, la trentaine, charge une cliente ravissante à l’aéroport. Un charme réciproque opère. Le soir même, la fille de cette femme disparaît et des preuves accablent Samson. Comment convaincre de son innocence lorsqu’on est le coupable idéal ?

 

 

Avant de signer son premier film pour le cinéma, Gilles Bannier a travaillé comme assistant réalisateur auprès de Jean-Marie Poiré (Les Visiteurs) et Yves Robert (quand il adaptait Pagnol) avant d’œuvrer pour la télévision, réalisant des épisodes de Reporters ou Engrenages notamment. C’est d’ailleurs dans cette série que Bannier rencontre Reda Kateb, alors débutant.

 

Suivant le chemin de croix d’un innocent accusé à tort du rapt de la fillette d’une cliente de son taxi, le film voudrait s’inspirer des classiques de Sydney Lumet mais la réalisation un peu grossière et le montage peu fluide l’éloignent un peu plus de cette prestigieuse référence à chaque plan. Reda Kateb est un excellent acteur mais il est confronté à un scénario certes didactique mais bourré d’invraisemblances (la police ne semble pas rechercher la fillette disparue, par exemple). Visiblement incapable de se défaire de ses tics télévisuels, Gilles Bannier signe un premier film raté.

Commenter cet article

Articles récents

Hébergé par Overblog