Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Un cinéphile dans la ville.

Un cinéphile dans la ville.

Critiques ciné et autres.

Publié le par Hugo Brown
Publié dans : #Cinéma

Ounie Lecomte réunit Céline Sallette et Anne Benoît dans Je vous souhaite d’être follement aimée, un mélodrame familial sur le rapport mère / enfant. De la sensibilité et deux actrices exceptionnelles dans un film qui manque un peu de souffle.

"Je vous souhaite d'être follement aimée", un film de Ounie Lecomte

Elisa, kinésithérapeute, part s’installer avec son jeune fils, Noé, à Dunkerque, ville où elle est née sous X. Quelques mois plus tôt, elle y a entrepris des recherches sur sa mère biologique, mais cette femme a refusé de dévoiler son identité. À la recherche d’une mère inconnue, de son passé et de leur histoire, Élisa ne renonce pas et veut comprendre… Le hasard va bouleverser ses attentes…


 

 

Après un premier film tourné en Corée, Ounie Lecomte a posé sa caméra à Dunkerque pour son deuxième long-métrage, Je vous souhaite d’être follement aimée. Une jeune femme recherche désespérément celle qui lui a donné la vie en accouchant sous X et une coïncidence va les mettre en présence l’une de l’autre sans qu’elles ne le sachent. A travers le toucher (le personnage d’Elisa est kiné), la réalisatrice adopte une approche sensuelle de la perception de l’autre.

 

La mise en scène parfois convenue sait se faire d’une grande sensibilité dans les premiers « corps à corps » entre mère et fille qui s’ignorent. Anne Benoît amène sa chaleureuse présence à cette femme que l’on n’a pas assez aimée, pas assez touchée, pas assez considérée et qui s’est enfermée dans un quotidien terne. Les métaphores sur l’abandon et la filiation sont un peu maladroites et le scénario se révèle souvent improbable, mais l’alchimie entre ces deux actrices magnifiques poussent le film dans des retranchements plutôt émouvants.

Commenter cet article

Articles récents

Hébergé par Overblog