Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Un cinéphile dans la ville.

Un cinéphile dans la ville.

Critiques ciné et autres.

Publié le par Hugo Brown
Publié dans : #Cinéma

Le cinéma hollywoodien se fait (un peu) professeur d’économie avec The Big Short : le casse du siècle, le nouveau film de Adam McKay. Un retour sur la crise des subprimes en forme de film de braquage. Intéressant mais parfois trop technique.

"The Big Short : le casse du siècle", un film de Adam McKay

Wall Street. 2005. Profitant de l’aveuglement généralisé des grosses banques, des médias et du gouvernement, quatre outsiders anticipent l’explosion de la bulle financière et mettent au point… le casse du siècle ! Michael Burry, Mark Baum, Jared Vennett et Ben Rickert : des personnages visionnaires et hors du commun qui vont parier contre les banques … et tenter de rafler la mise !

 

 

Habitué des comédies potaches (Frangins malgré eux, Very Bad Cops), Adam McKay change de registre et adapte le best-seller de Michael Lewis, The Big Short : Inside the Doomsday Machine. En 2008, les Etats-Unis, puis l’Europe et le monde entier sont touchés par la crise financière la plus grave depuis près d’un siècle. Cette fameuse crise des « subprimes » est dans toutes les bouches mais peu la comprennent vraiment. Sous la forme d’un film de braquage, The Big Short entreprend de rendre lisible les mécanismes de ce désastre par le biais de la vision unique d’un trader peu ordinaire.

 

C’est Christian Bale qui incarne ce « génie », ancien neurologue reconverti dans la finance et qui va voir avant tout le monde, en 2005, le cataclysme se préparer. Le film apporte un éclairage intéressant sur les rouages de l’économie globalisée à l’heure de la finance toute puissante sans oublier de divertir. Mais certains passages sont vraiment techniques et on n’échappe pas à l’héroïsation de personnages pourtant peu recommandables. Un film inégal donc.

Commenter cet article

Articles récents

Hébergé par Overblog