Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Un cinéphile dans la ville.

Un cinéphile dans la ville.

Critiques ciné et autres.

Publié le par Hugo Brown
Publié dans : #Cinéma

Michael Almereyda s’est penché sur les recherches de Stanley Milgram et propose avec Experimenter un biopic original. La reconstitution de sa célèbre expérience sur la soumission à l’autorité est au centre de ce film.

"Experimenter", un film de Michael Almereyda

En 1961, à l'Université de Yale, le professeur de psychologie Stanley Milgram conduit une expérience sur la question de la soumission à l'autorité qui deviendra la célèbre "Expérience de Milgram". Très vite les résultats de ses recherches et les méthodes employées dérangent et déclenchent une vive polémique. Dénigré par certains, admiré par d'autres, le scientifique affronte la tourmente.

 

 

Après avoir adapté Shakespeare au monde moderne (Hamlet, Cymbeline), Michael Almereyda signe un biopic de Stanley Milgram, connu principalement pour ses recherches sur la soumission à l’autorité et sa célèbre « expérience » reprise notamment dans le chef-d’œuvre d’Henri Verneuil I… comme Icare en 1979. Dans un dispositif austère et multipliant les adresses à la caméra, Peter Sarsgaard incarne cet universitaire controversé jusqu’à sa mort mais dont le travail est encore aujourd’hui étudié.

 

La mise en scène épurée participe à mettre l’expérience au cœur du film, avec un pouvoir de fascination intact, même cinquante ans après et avec tout ce qui a été dit et écrit sur elle. La première partie, qui reconstitue in extenso une séance expérimentale, est incroyablement captivante. On peut regretter certains pas de côté, notamment dans la vie personnelle de Milgram, et on comprend que tout, dans la vie de cet homme, tournait autour de son obsession pour son sujet : la soumission à l’autorité. Peter Sarsgaard apporte un charme désabusé au personnage et Michael Almereyda offre au biopic une forme atypique, avec la voix off de son « héros » qui accompagne le spectateur avec second degré et une vision de la postérité de ses études bien après sa mort (en 1984).

Commenter cet article

Articles récents

Hébergé par Overblog