Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Un cinéphile dans la ville.

Un cinéphile dans la ville.

Critiques ciné et autres.

Publié le par Hugo Brown
Publié dans : #Cinéma

Marilou Berry donne une suite à son personnage adapté de la BD de Pénélope Bagieu dans Joséphine s’arrondit, première réalisation de l’actrice. Une comédie à la mise en scène originale mais qui oublie d’être drôle.

"Joséphine s'arrondit", un film de Marilou Berry

Depuis deux ans, Gilles (homme-parfait-non-fumeur-bon-cuisinier-qui aime-les-chats) et Joséphine (fille-attachiante-bordélique-mais-sympathique) s’aiment. Tout est parfait. Jusqu'à une nouvelle inattendue : ils seront bientôt trois. Ne pas devenir comme sa mère, garder son mec et devenir une adulte responsable, tout un tas d'épreuves que Joséphine va devoir affronter, avec Gilles... à leur manière.

 

 

En 2013, Agnès Obadia adaptait avec plus ou moins de bonheur la bande dessinée de Pénélope Bagieu avec succès et Joséphine enregistrait près de 600 000 entrées en France. Trois ans plus tard, l’actrice décide de reprendre son personnage avec un scénario original qu’elle coécrit et met en scène. Dans Joséphine s’arrondit, la jeune trentenaire aborde donc sa grossesse et toutes les angoisses qui en découlent.

 

Les comédies françaises souffrent souvent d’une réalisation calamiteuse, Marilou Berry l’a compris et fait donc le pari d’un certain stylisme, très inspiré par la BD et qui est le bienvenu. L’actrice-réalisatrice s’entoure, comme dans le premier volet, de Mehdi Nebbou, Sarah Suco, Cyril Gueï, Vanessa Guide et… Josiane Balasko (qui de mieux pour incarner sa mère). Malheureusement, le scénario aligne les clichés habituels sur la maternité et les gags tombent presque tous à plat dans cette comédie certes stylisée mais vraiment très pauvre – on rit rarement.

Commenter cet article

Articles récents

Hébergé par Overblog