Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Un cinéphile dans la ville.

Un cinéphile dans la ville.

Critiques ciné et autres.

Publié le par Hugo Brown
Publié dans : #Cinéma

Devançant une malheureuse actualité, Nicolas Boukhrief réalise Made in France, un thriller tragique sur le djihadisme. Interprètes épatants et scénario qui évite pas mal d’écueils

"Made in France", un film de Nicolas Boukhrief

Sam, journaliste indépendant, profite de sa culture musulmane pour infiltrer les milieux intégristes de la banlieue parisienne. Il se rapproche d’un groupe de quatre jeunes qui ont reçu pour mission de créer une cellule djihadiste et semer le chaos au cœur de Paris.

 

 

Connu pour des polars plus ou moins réussis (Le convoyeur, Cortex, Gardiens de l’ordre), Nicolas Boukhrief s’est penché dès 2012 sur l’écriture d’un scénario mettant en scène des jeunes djihadistes, pressentant la menace après des attentats à l’étranger et celui de Mohamed Merah en France. Tourné en 2014, le film a donc connu une regrettable résonnance avec les attentats de janvier et novembre 2015. La sortie de Made in France au cinéma – prévue le 18 novembre – a d’ailleurs été purement et simplement annulée au profit d’une mise à disposition en VOD dès la fin janvier 2016.

 

Le réalisateur ne se propose pas de chercher des explications au passage à l’acte de ce groupe de jeunes – c’est un peu dommage – mais montre l’élaboration d’un plan d’attaques avec un réalisme qui glace le sang. Sam, né de père algérien et de mère française, un journaliste qui va se servir de sa double culture pour infiltrer ce groupe, est le point d’identification : le spectateur ressent la même angoisse que lui devant ces préparatifs par ceux qui refusent qu’on les appelle des barbares. Boukhrief reprend les codes habituels du polar mais refuse l’héroïsation, faisant de ses personnages des petits bras, des pauvres types aveuglés par leur haine et leur crédulité, sans toutefois tomber dans la caricature. A ce titre, les acteurs sont remarquables, particulièrement Nassim Si-Ahmed et François Civil, remarqué dans Soit je meurs, soit je vais mieux de Laurence Ferreira-Barbosa et Frank de Lenny Abrahamson. Made in France n’est pas le brûlot politique annoncé mais tout de même un bon polar terriblement d’actualité.

Commenter cet article

Articles récents

Hébergé par Overblog