Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Un cinéphile dans la ville.

Un cinéphile dans la ville.

Critiques ciné et autres.

Publié le par Hugo Brown
Publié dans : #Cinéma

Après le triomphe de La reine des neiges, les studios Disney livrent Zootopie, au casting 100% animalier. Un film d’animation drôle, intelligent et remarquablement écrit.

"Zootopie", un film des studios Disney

Zootopia est une ville qui ne ressemble à aucune autre : seuls les animaux y habitent ! On y trouve des quartiers résidentiels élégants comme le très chic Sahara Square, et d’autres moins hospitaliers comme le glacial Tundratown. Dans cette incroyable métropole, chaque espèce animale cohabite avec les autres. Qu’on soit un immense éléphant ou une minuscule souris, tout le monde a sa place à Zootopia ! Lorsque Judy Hopps fait son entrée dans la police, elle découvre qu’il est bien difficile de s’imposer chez les gros durs en uniforme, surtout quand on est une adorable lapine. Bien décidée à faire ses preuves, Judy s’attaque à une épineuse affaire, même si cela l’oblige à faire équipe avec Nick Wilde, un renard à la langue bien pendue et véritable virtuose de l’arnaque…

 

 

Tous les parents du monde peuvent se sentir « libérés, délivrés » de l’immense succès La reine des neiges, film déjà culte de Disney. Le studio revient particulièrement en forme cette année avec Zootopie, un film dans lequel les animaux vivent sans humains dans une société qui reprend pourtant les mêmes codes et les mêmes hiérarchies. Le monde des animaux y est divisé en deux grands groupes : les prédateurs et les proies, à la population dix fois plus nombreuse, tous ayant décidé de vivre ensemble sans plus se dévorer. Une utopie ? Une zootopie en tout cas…

 

Dans ce nouveau film, les studios Disney offrent une métaphore habile du monde dans lequel nous – humains – vivons. Les forts, minoritaires en nombre, sont les plus puissants et, en dépit d’un pacte de non-agression, dominent allègrement 90% de la société, avec force humiliations, préjugés et barrières sociales. Mais Judy, une lapine forcément rusée, compte bien briser ses chaînes et devenir le premier flic de son espèce, limitée à faire pousser des carottes. Aux Etats-Unis, tout est possible, selon le mythe, mais le film nous montre bien que les préjugés ont la peau dure et que rien n’est facile quand on est une belette, un renard ou un mouton (traduire : noir ou latino). Les pouvoirs sont régis par des lions ou des rhinocéros qui n’hésitent pas à faire usage de leur force pour se faire respecter.

 

Jouant avec les clichés associés à chaque espèce, Zootopie construit un formidable terrain pour des gags hilarants sur les différences de taille ou les comportements traditionnellement attribués à chacun. La séquence avec les paresseux est à mourir de rire, le renard – d’abord perçu comme fourbe – se révèle un allié inattendu et le mouton n’est pas toujours aussi docile. Judy, jeune policière, va faire équipe avec son ennemi juré, autant dire l’association de la carpe et du lapin, ou plutôt, littéralement, du renard et du lapin. Les gentils et les méchants ne sont pas toujours ceux que l’on croit et le film mêle tambour battant humour et intrigue policière avec un déluge de bonnes idées et une direction artistique remarquable. Un divertissement intelligent pour les petits comme les grands.

Commenter cet article

Articles récents

Hébergé par Overblog