Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Un cinéphile dans la ville.

Un cinéphile dans la ville.

Critiques ciné et autres.

Publié le par Hugo Brown
Publié dans : #Cinéma

Igor Gotesman signe un premier film, Five, qui prend la forme d’une comédie à vocation générationnelle, portée par Pierre Niney et François Civil. Malheureusement, rien ne fonctionne vraiment dans cet enchaînement de sketches poussifs.

"Five", un film de Igor Gotesman

Cinq amis d'enfance rêvent depuis toujours d'habiter en colocation. Lorsque l’occasion d’emménager ensemble se présente, Julia, Vadim, Nestor et Timothée n’hésitent pas une seule seconde, surtout quand Samuel se propose de payer la moitié du loyer ! A peine installés, Samuel se retrouve sur la paille mais décide de ne rien dire aux autres et d'assumer sa part en se mettant à vendre de l'herbe. Mais n'est pas dealer qui veut et quand tout dégénère, Samuel n’a d’autres choix que de se tourner vers la seule famille qu'il lui reste : ses amis !

 

 

Coscénariste du récent et très réussi Le nouveau, le premier film de Rudi Rosenberg, Igor Gotesman se lance à son tour et livre un premier long-métrage adapté de son propre court, Five, tourné il y a quelques années. Il retrouve Pierre Niney avec qui il a conçu le programme court Casting(s) pour Canal Plus. Cette présentation résume l’écueil dans lequel il n’est pas le premier à tomber : des vannes efficaces pour une pastille de deux minutes ne suffisent pas pour un long-métrage.

 

Gotesman semble avoir un sens inné pour les « punchlines » mais la réalisation de Five, assez calamiteuse, est à l’image du projet : clinquante, vaine, prétendument sexy et plutôt vulgaire. On sent bien la volonté de faire une comédie générationnelle sur une bande de potes, comme la bande du Splendid en son temps, mais Igor Gotesman ne nous montre qu’une jeunesse des beaux quartiers parisiens qui se rebelle tant qu’elle peut profiter tout de même du confort bourgeois et de l’argent des parents ou des riches « guests » (pauvre Fanny Ardant) achetant de la beuh. Les quelques bons gags et l’interprétation de Michèle Moretti et François Civil ne sauvent pas Five de son repli sur un « entre-soi » assez pénible.

Commenter cet article

Articles récents

Hébergé par Overblog