Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Un cinéphile dans la ville.

Un cinéphile dans la ville.

Critiques ciné et autres.

Publié le par Hugo Brown
Publié dans : #Cinéma

Pour son premier long-métrage, Les Ardennes, Robin Pront adapte une pièce de théâtre et se frotte au polar poisseux. Une belle mise en scène, quoi que démonstrative, sauve le film de ses maladresses.

"Les Ardennes", un film de Robin Pront

Un cambriolage tourne mal. Dave arrive à s’enfuir mais laisse son frère Kenneth derrière lui. Quatre ans plus tard, à sa sortie de prison, Kenneth, au tempérament violent, souhaite reprendre sa vie là où il l’avait laissée et est plus que jamais déterminé à reconquérir sa petite amie Sylvie. Ce qu’il ne sait pas, c’est qu’entre temps, Dave et Sylvie sont tombés amoureux et mènent désormais une vie rangée ensemble. Avouer la vérité à Kenneth pourrait tourner au règlement de compte.

 

 

Dans la veine de Michael R. Roskam (le magnifique Bullhead) ou Felix Van Groeningen (Belgica, La merditude des choses), Robin Pront signe un premier film sombre, dominé par une tension entre frères à l’allure de drame shakespearien. Du propre aveu du jeune cinéaste belge, ce premier long-métrage puise aussi son influence dans le récent et très réussi Blue Ruin de Jeremy Saulnier. Aussi étonnant que cela puisse paraître, Les Ardennes est l’adaptation de la pièce du même nom de Jeroen Perceval, un des acteurs principaux. Mais Robin Pront a su offrir une relecture, dans les plaines brumeuses du sud de la Belgique.

 

Deux frères et une femme qu’ils aiment, le drame est noué dès le départ dans ce qui ne peut être qu’une tragédie. Les premières séquences sont brillantes, avec ce qu’il faut de violence sourde et de rancœurs qui ne demandent qu’à exploser au grand jour. Mais, en dépit d’une belle mise en scène (et c’est là que Robin Pront est un talent à suivre), le film ne parvient pas à sortir de chemins trop balisés et n’exploite pas assez l’étrangeté d’un couple de gangsters apparaissant dans la seconde moitié. C’est d’autant plus dommage que le film a de véritables qualités plastiques.

Commenter cet article

Articles récents

Hébergé par Overblog