Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Un cinéphile dans la ville.

Un cinéphile dans la ville.

Critiques ciné et autres.

Publié le par Hugo Brown
Publié dans : #Cinéma

Pour son premier long-métrage, Baden Baden, Rachel Lang écrit une partition sur mesure à son actrice Salomé Richard. Un film sensible, aux belles fulgurances malgré quelques longueurs.

"Baden Baden", un film de Rachel Lang

Après une expérience ratée sur le tournage d'un film à l'étranger, Ana, 26 ans, retourne à Strasbourg, sa ville natale. Le temps d'un été caniculaire, elle se met en tête de remplacer la baignoire de sa grand-mère par une douche de plain-pied, mange des petits pois carotte au ketchup, roule en Porsche, cueille des mirabelles, perd son permis, couche avec son meilleur ami et retombe dans les bras de son ex. Bref, cet été-là, Ana tente de se débrouiller avec la vie.

 

 

Repérée en festivals pour ses deux courts-métrages (Pour toi je ferai bataille et Les navets blancs empêchent de dormir la nuit), Rachel Lang poursuit dans la thématique du passage à l’âge adulte avec son premier long, Baden Baden. En dépit de ce que suggère son titre, le film ne se situe pas dans la station thermale mais à quelques kilomètres de là, à Strasbourg, ville natale de l’héroïne qui revient le temps de l’été après une expérience désastreuse sur un tournage (incroyable plan-séquence d’ouverture).

 

Sous forme d’une chronique plutôt burlesque, Rachel Lang dessine le portrait d’une jeune femme qui n’est plus une adolescente, mais pas encore vraiment une adulte. Salomé Richard incarne cette adulescente perdue entre une grand-mère adorée qui s’éteint petit à petit (Claude Gensac, touchante), un ami-amant bienveillant (Swann Arlaud, parfait), un ex toxique (Olivier Chantreau, révélation) et des travaux dans la salle de bain de la grand-mère qui ressemblent à ceux d’Hercule. La mise en scène alerte et le ton tragi-comique sont les atouts forts de ce film remarquablement interprété mais le scénario un peu décousu finit par lasser. C’est la limite de ce cinéma de la sensation, trop corseté dans ses intentions pour convaincre totalement.

Commenter cet article

Articles récents

Hébergé par Overblog