Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Un cinéphile dans la ville.

Un cinéphile dans la ville.

Critiques ciné et autres.

Publié le par Hugo Brown
Publié dans : #Cinéma

Présidé par le réalisateur australien George Miller, le 69ème Festival de Cannes vient de dévoiler son palmarès. La Palme d’or va à Ken Loach, alors que Xavier Dolan est couronné d’un Grand Prix.

Cannes 2016 : le palmarès

 

Le jury a délibéré pour déterminer quels films seraient primés parmi les 21 sélectionnés. Autour de George Miller, ont débattu le réalisateur français Arnaud Desplechin, l’actrice et chanteuse française Vanessa Paradis, l’actrice américaine Kristen Dunst (Prix d’interprétation féminine 2011 pour Melancholia), l’acteur danois Mads Mikkelsen (Prix d’interprétation masculine 2012 pour La chasse), l’actrice et réalisatrice italienne Valeria Golino, le réalisateur hongrois László Nemes (Grand Prix 2015 pour Le fils de Saul), l’acteur canadien Donald Sutherland et la productrice iranienne Katayoun Shahabi.

 

Pendant la décade, les préférences des festivaliers sont allées vers Ma Loute (Bruno Dumont), Aquarius (Kleber Mendoça Filho), Rester vertical (Alain Guiraudie), Baccalauréat (Cristian Mungiu), Toni Erdmann (Maren Ade), Loving (Jeff Nichols) ou encore Elle (Paul Verhoeven). Paterson (Jim Jarmush), Juste la fin du monde (Xavier Dolan), Personal shopper (Olivier Assayas) et The Neon Demon (Nicolas Winding Refn) ont divisé alors que The Last Face (Sean Penn) et American Honey (Andrea Arnold) ont déçu. Mais entre la critique et le jury, il y a parfois un monde – Dheepan (Jacques Audiard) avait empoché la Palme d’or en 2015 à la surprise générale. Le palmarès, plutôt étonnant, a d’ailleurs fait la part belle aux films fraîchement accueillis (Assayas, Arnold).

 

La Caméra d’or est attribuée sans surprise à Divines et sa réalisatrice, Houna Benyamina, a enflammé la scène du Palais des Festivals avec un (long) discours brûlant et engagé. Asghar Farhadi est doublement récompensé avec un Prix du scénario mais il permet aussi à son acteur fétiche Shahab Hosseyni d’obtenir le Prix d’interprétation, quelques années après celui reçu par Bérénice Béjo pour Le passé. Jaclyn Jose, elle aussi actrice fétiche de son réalisateur, reçoit le Prix d’interprétation féminine pour le nouveau film de Brillante Mendoza.

Malgré un accueil glacial, American Honey donne à Andrea Arnold son troisième Prix du jury, après Red Road (2006) et Fish Tank (2009). Olivier Assayas et Cristian Mungiu (Palme d’or 2007, Prix du scénario 2012) se partagent le Prix de la mise en scène. Grand Prix, Xavier Dolan a, comme deux ans auparavant avec Mommy (Prix du jury), livré un long et émouvant discours. Prochaine étape, la Palme ? En tout cas, cette année, elle est remise à Moi, Daniel Blake de Ken Loach qui rejoint le club des réalisateurs doublement palmés.

 

La malédiction continue pour Pedro Almodóvar qui repart une nouvelle fois sans la Palme malgré l’accueil enthousiaste autour de Julieta. Les frères Dardenne repartent, eux aussi, pour une fois, bredouille. Déception également pour des favoris comme Aquarius (Kleber Mendoça Filho), Elle (Paul Verhoeven), le très bon Ma Loute (Bruno Dumont) ou Toni Erdmann (Maren Ade).

 

 

PALMARES

 

 

PALME D’OR : Moi, Daniel Blake (Ken Loach)

 

GRAND PRIX : Juste la fin du monde (Xavier Dolan)

 

PRIX DE LA MISE EN SCENE ex aequo : Baccalauréat (Cristian Mungiu) et Personal Shopper (Olivier Assayas)

 

PRIX DU SCENARIO : Le Client (Asghar Farhadi)

 

PRIX D’INTERPRETATION MASCULINE : Shahab Hosseyni (Le Client d’Asghar Farhadi)

 

PRIX D’INTERPRETATION FEMININE : Jaclyn Jose (Ma’ Rosa de Brillante Mendoza)

 

PRIX DU JURY : American Honey (Andrea Arnold)

 

 

CAMERA D’OR : Divines (Houda Benyamina)

 

PALME D’OR DU COURT-METRAGE : Timecode (Juanjo Gimenez)

 

PALME D’OR D’HONNEUR : Jean-Pierre Léaud

 

 

En 2017, nous vivrons le 70ème Festival de Cannes. D’ici là… VIVE LE CINEMA !

Commenter cet article

Articles récents

Hébergé par Overblog