Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Un cinéphile dans la ville.

Un cinéphile dans la ville.

Critiques ciné et autres.

Publié le par Hugo Brown
Publié dans : #Cinéma

Tobias Lindholm poursuit sa passionnante filmographie avec A War, son nouveau bijou dans lequel il retrouve son acteur fétiche Pilou Asbæk. Un film de guerre à la mise en scène virtuose et un dilemme moral magistralement orchestré. Du grand art.

"A War", un film de Tobias Lindholm

Le commandant Claus M. Pedersen et ses hommes sont affectés dans une province d’Afghanistan, tandis qu’au Danemark, sa femme, Maria, tente de faire face au quotidien et d’élever seule leurs trois enfants. Au cours d’une mission de routine, les soldats sont la cible d’une grave attaque. Pour sauver ses hommes, Claus va prendre une décision qui aura de lourdes conséquences pour lui, mais également pour sa famille…

 

 

Le cinéma danois regorge de talents et Tobias Lindholm commence à se tailler une stature internationale. Après les très réussis R (coréalisé avec Michael Noer) et Hijacking, le cinéaste a vu son troisième long-métrage sélectionné comme représentant du Danemark lors des Oscars 2016 – il s’est incliné face à László Nemes pour Le fils de Saul. Après le film de prison et le film de prise d’otages, Lindholm s’attaque à un autre genre très américain, le film de guerre. Les séquences de combat sont d’un réalisme et d’une précision à couper le souffle. A ce récit se couple un autre récit, parallèle puis conjoint, celui de la vie au Danemark de la famille du commandant Pedersen puis du procès de celui-ci.

 

Au cœur d’une guerre considérée comme absurde jusque chez ses soldats, le commandant Pedersen (génial Pilou Asbæk, égérie de Lindholm) doit chaque jour prendre des décisions dont les conséquences peuvent s’avérer dramatiques, conduisant parfois à la mort de civils ou d’un de ses soldats. Le quotidien de cette guerre est mis en scène avec un grand souci du détail (certains acteurs non professionnels sont d’anciens militaires danois). Mais, finalement, le plus grand conflit moral auquel va être confronté Pedersen, c’est en rentrant au pays pour son procès qu’il va le vivre – le scénario habile donne des indices tout au long du film sur ce que seront les arguments de chaque partie. Sans prendre part pour ou contre le conflit en Afghanistan, sans juger, soutenir ou s’opposer aux militaires, Tobias Lindholm montre simplement que l’horreur de la guerre, si lointaine soit-elle, ne reste pas dans les casernes et revient avec une violence inouïe (morale, psychologique) dans les bagages des soldats. A War est un grand film qui captive d’un bout à l’autre sans jamais verser dans le pathos ni la complaisance.

Commenter cet article

Felix 07/06/2016 06:49

Hello,
Merci d’avoir partagé l’article avec nous. J’ai entendu beaucoup de bien sur ce film ! Je pense le regarder prochainement. :-) À bientôt !

Articles récents

Hébergé par Overblog