Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Un cinéphile dans la ville.

Un cinéphile dans la ville.

Critiques ciné et autres.

Publié le par Hugo Brown
Publié dans : #Cinéma

Une nouvelle fois, un roman de John Le Carré est adapté pour le cinéma. Susanna White réalise Un traître idéal avec Ewan McGregor et Stellan Skarsgård à l’affiche. Un thriller d’espionnage efficace mais sans grand envergure.

"Un traître idéal", un film de Susanna White

En vacances à Marrakech, un couple d’Anglais, Perry et Gail, se lie d’amitié avec un millionnaire russe nommé Dima. Ils ignorent que cet homme charismatique et extravagant blanchit l’argent de la mafia russe… Lorsque Dima demande leur aide pour livrer des informations explosives aux services secrets britanniques, la vie de Perry et Gail bascule. À travers toute l’Europe, ils se retrouvent plongés dans un monde de manipulation et de danger où chaque faux pas peut leur coûter la vie. Pour avoir une chance de s’en sortir, ils vont devoir faire équipe avec un agent anglais aux méthodes vraiment particulières…

 

 

Après les récents succès de La Taupe et Un homme très recherché, c’est par le roman Un traître à notre goût que l’œuvre de John Le Carré revient sur grand écran. Hossein Amini, spécialiste des adaptations, scénariste du Drive de Nicolas Winding Refn et de The two faces of January dont il a assuré la réalisation, s’est attelé à l’œuvre du maître du roman d’espionnage. Susanna White, réalisatrice plutôt mineure, avouons-le, s’est employée à illustrer le scénario plus qu’à le mettre vraiment en scène.

 

A la façon des Jason Bourne movies, l’intrigue du film se déplace dans les grandes capitales cinématographiques, de Marrakech à Moscou en passant par Londres et Paris. Ewan McGregor et Naomie Harris campent un couple glamour face à Stellan Skarsgård dans un rôle de mafieux russe un peu caricatural – on peut saluer la souplesse de l’acteur qui passe de Lars Von Trier dont il est une figure fétiche à des grosses productions anglo-saxonnes. Efficace, Un traître idéal n’en est pas moins anecdotique, reprenant sans trop de personnalité tous les motifs du genre.

Commenter cet article

Articles récents

Hébergé par Overblog