Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Un cinéphile dans la ville.

Un cinéphile dans la ville.

Critiques ciné et autres.

Publié le par Hugo Brown
Publié dans : #Cinéma

Le studio français à l’origine des Minions poursuit sa belle aventure américaine avec Comme des bêtes, le nouveau film d’animation réalisé par le tandem Chris Renaud / Yarrow Cheney et imaginé par Illumination Mac Guff. Des gags souvent drôles sauvent un scénario ultra convenu.

"Comme des bêtes", un film de Chris Renaud et Yarrow Cheney

La vie secrète que mènent nos animaux domestiques une fois que nous les laissons seuls à la maison pour partir au travail ou à l’école.

 

 

Les animaux ont toujours eu les faveurs des films d’animations et cette année ne faillit pas à la règle avec déjà l’excellent Zootopie de Disney en février. Comme des bêtes est issu de l’imagination des créateurs des Minions et de Moi, moche et méchant, un studio français racheté par Universal. Le point de départ amusera quiconque a (ou a eu) un animal de compagnie : mais que peut-il bien faire en notre absence ?

 

Les vingt premières minutes sont désopilantes, avec une galerie de compagnons particulièrement bien observés : une chatte hautaine, un jeune chien malin, un gros toutou pataud, un caniche aristocrate, une petite chienne à sa mémère, un bouledogue un peu nerveux…  Les gags s’enchaînent sans temps mort avec de belles trouvailles visuelles et un humour irrésistible. Mais ce point de départ, si amusant soit-il, ne suffit à porter un long-métrage. Il fallait donc trouver une trame prétexte à une grande épopée dans la ville de New York. Si les personnages sont toujours attachants et vraiment bien croqués et si les clins d’œil sont savoureux (on entend brièvement dans un taxi le tube planétaire Happy de Pharrell Williams, BO du grand succès d’un grand studio, Moi, moche et méchant 2), le scénario s’enlise parfois dans une aventure un poil – c’est le cas de le dire – convenue là où le concurrent Disney s’avérait plus profond dans Zootopie. Reste un spectacle familial divertissant, une sucrerie plaisante pour l’été.

Commenter cet article

Articles récents

Hébergé par Overblog