Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Un cinéphile dans la ville.

Un cinéphile dans la ville.

Critiques ciné et autres.

Publié le par Hugo Brown
Publié dans : #Cinéma

Un an après Un Français, Diastème change de registre et signe un troisième film, Juillet Août, centré sur deux sœurs dans une famille recomposée pendant les vacances d’été. La qualité de l’interprétation ne suffit pas à combler le manque de rythme et un scénario trop faible.

"Juillet Août", un film de Diastème

C’est l’été. Les familles migrent et se recomposent. Laura, 14 ans, et Joséphine, 18 ans, partent en juillet avec leur mère dans le Sud, puis en août chez leur père en Bretagne. La cohabitation entre ados et adultes ne manque ni de tendresse, souvent non-dite, ni d’exaspération, parfois bruyante… Car les filles ont leurs secrets, qui n’ont pas grand-chose à envier aux problèmes de leurs parents et de leurs beaux-parents. C’est l’été de tous les dangers ? Pas tout à fait. Quoique.

 

 

Ecrivain, Patrick Atsé, alias Diastème, est aussi metteur en scène. Après le très remarqué Un Français en 2015, il change complètement de cap avec un film solaire, entre les plages bretonnes et la côte méditerranéenne, au cœur d’un été particulier pour deux sœurs adolescentes. Juillet Août est clairement divisé en deux blocs, le premier du côté d’Antibes et le second dans les environs de Perros-Guirec, avec deux couleurs différentes, deux univers opposés et toujours les (més)aventures des deux sœurs.

 

Sur un point de départ intéressant, les vacances divisées en deux comme pour de nombreux enfants de parents séparés, Diastème semble vouloir greffer plusieurs intrigues : un suspense policier, un roman d’émancipation, une chronique sociale, une comédie romantique… Mais, en dépit de la grande qualité des acteurs (Pascale Arbillot et la jeune Luna Lou sont excellentes), le film ne trouve jamais son rythme, enchaînant les saynètes parfois sans vraie cohérence et délaissant la plupart des pistes engagées. Ce manque de rythme est d’autant plus regrettable que l’on sent un projet plein de bonnes idées mais le réalisateur passe un peu à côté de son sujet, l’adolescence.

Commenter cet article

Articles récents

Hébergé par Overblog