Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Un cinéphile dans la ville.

Un cinéphile dans la ville.

Critiques ciné et autres.

Publié le par Hugo Brown
Publié dans : #Cinéma

Le dernier film de Solveig Anspach, disparue à l’été 2015, marque les retrouvailles entre Florence Loiret-Caille et Samir Guesmi. Dans L’effet aquatique, les deux acteurs portent une comédie romantique tendre et loufoque de Montreuil à Reykjavik.

"L'effet aquatique", un film de Solveig Anspach

Samir, la quarantaine dégingandée, grutier à Montreuil, tombe raide dingue d’Agathe. Comme elle est maître-nageuse à la piscine Maurice Thorez, il décide, pour s’en approcher, de prendre des leçons de natation avec elle, alors qu’il sait parfaitement nager. Mais son mensonge ne tient pas trois leçons - or Agathe déteste les menteurs ! Choisie pour représenter la Seine-Saint-Denis, Agathe s’envole pour l’Islande où se tient le 10ème Congrès International des Maîtres-Nageurs. Morsure d’amour oblige, Samir n’a d’autre choix que de s’envoler à son tour.

 

 

Depuis son premier film de fiction à succès (Haut les cœurs ! en 1999), Solveig Anspach alternait documentaires engagés (notamment Made in the USA sur la peine de mort) et fictions burlesques (Queen of Montreuil, Lulu femme nue). L’effet aquatique reprend les personnages de grutier de Samir Guesmi et de veuve de Florence Loiret-Caille vus dans Queen of Montreuil, ainsi que l’amie islandaise incarnée par la délicieuse poétesse Didda Jónsdóttir. Cette fois, c’est une comédie romantique qui démarre à la piscine municipale de Montreuil pour s’achever dans les sources chaudes d’Islande. Inspirés par Deep End, le chef-d’œuvre du swinging London de Jerzy Skolimowski, Solveig Anspach et son coscénariste Jean-Luc Gaget ont voulu ancrer les prémices d’une histoire d’amour dans une piscine. Selon la cinéaste, le film de référence « se passe dans une piscine et nous parle du trouble qu’on peut ressentir dans ces endroits « aquatiques ». (…) Une piscine est un lieu très particulier, apparemment hors du temps, qui met en présence des populations diverses aux motivations parfois énigmatiques. »

 

Florence Loiret-Caille, que l’on n’a jamais vue aussi drôle, séduit sans le savoir Samir, un sympathique grutier un peu maladroit, qui fait mine de vouloir apprendre à nager pour s’approcher de la maître-nageuse nouvellement élue de son cœur. Après une première partie à la piscine municipale, où Samir va faire face à un agent d’accueil loufoque (Estéban, excellent), des maîtres-nageurs fumiste (Philippe Rebbot) et nymphomane (Olivia Côte, désopilante), le héros va suivre la trace de son crush à Reykjavik dans un improbable salon international des maîtres-nageurs. Entre un quiproquo amusant (une piscine « Together » pour réconcilier Israéliens et Palestiniens) et des paysages d’une beauté sauvage, le film se perd un peu parfois dans des digressions dispensables (un fils fugueur, une autre nymphomane sur les pas de Samir) mais garde sa légèreté et la douceur toute aquatique de sa mise en scène sensible. L’ultime film touchant d’une cinéaste singulière.

Commenter cet article

Articles récents

Hébergé par Overblog