Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Un cinéphile dans la ville.

Un cinéphile dans la ville.

Critiques ciné et autres.

Publié le par Hugo Brown
Publié dans : #Cinéma

Enorme carton au box-office norvégien, The Wave, réalisé par Roar Uthaug, réinvente le film-catastrophe hollywoodien à la sauce scandinave. Un scénario classique et une mise en scène réussie en font un agréable divertissement.

"The Wave", un film de Roar Uthaug

Après plusieurs années à surveiller la montagne qui surplombe le fjord où il habite, Kristian, scientifique, s’apprête à quitter la région avec sa famille. Quand un pan de montagne se détache et provoque un Tsunami, il doit retrouver les membres de sa famille et échapper à la vague dévastatrice. Le compte à rebours est lancé...

 

 

Le réalisateur norvégien Roar Uthaug se plaît à adapter à la mode locale les genres habituellement réservés au cinéma américain. Après l’horrifique Cold Prey en 2006, il s’attaque au film-catastrophe avec The Wave – avant de réaliser outre-Atlantique la prochaine adaptation du jeu Tomb Raider. Ce nouveau film, sous l’influence de maîtres du genre comme Roland Emmerich, s’inspire d’un fait divers survenu en Norvège en 1934 quand un tsunami fit une quarantaine de morts suite à un glissement de terrain.

 

La beauté des paysages nordiques est à coup sûr un atout majeur de ce film assez exotique dans nos contrées. Un scientifique surdoué se rend compte avant tout le monde de l’imminence d’une catastrophe dans les montagnes pourtant surveillées depuis des décennies. Il mettra tout en œuvre pour sauver sa famille. Sur ce canevas classique du film-catastrophe, Roar Uthaug tisse une mise en scène efficace, assez sobre dans son ensemble avant le climax aussi attendu que spectaculaire (et très réussi). Pas beaucoup de surprises dans un épilogue cousu de fil blanc mais on ne boudera pas son plaisir devant cette belle tentative européenne de s’approprier un genre typiquement américain.

Commenter cet article

Articles récents

Hébergé par Overblog