Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Un cinéphile dans la ville.

Un cinéphile dans la ville.

Critiques ciné et autres.

Publié le par Hugo Brown
Publié dans : #Cinéma

Remarqué à Cannes 2016 où il était en compétition officielle, Toni Erdmann, le troisième long-métrage de Maren Ade, est une comédie absurde sur la relation entre un père et sa fille. De bons acteurs et un sens de la situation comique mais beaucoup, beaucoup trop de longueurs gâchent le plaisir.

"Toni Erdmann", un film de Maren Ade

Quand Ines, femme d’affaire d’une grande société allemande basée à Bucarest, voit son père débarquer sans prévenir, elle ne cache pas son exaspération. Sa vie parfaitement organisée ne souffre pas le moindre désordre mais lorsque son père lui pose la question « es-tu heureuse ? », son incapacité à répondre est le début d'un bouleversement profond. Ce père encombrant et dont elle a honte fait tout pour l'aider à retrouver un sens à sa vie en s’inventant un personnage, le facétieux Toni Erdmann…

 

 

Parmi les favoris de la compétition cannoise lors de l’édition 2016, Toni Erdmann est reparti bredouille, à la grande surprise des festivaliers et de la pression qui en avait fait sa « Palme ». Le troisième film de la réalisatrice allemande figurait, avec Ma Loute de Bruno Dumont, parmi les comédies en compétition alors que le genre est en général boudé dans cette sélection prestigieuse.

 

Maren Ade semble vouloir autant parler des difficiles relations entre un père loufoque et sa working girl de fille que des dangers du capitalisme triomphant – Ines travaille pour une société chargée de « dégraisser » le personnel d’entreprises avides de plus grands profits. Maren Ade a un sens certain du comique de situation, comme ce brunch entre collègues qui prend une tournure surprenante. Malheureusement, le film enchaîne les situations, justement, avec une mécanique qui s’épuise vite et tourne à vide. Après les deux premières heures (sur 2h42 au total), certaines séquences fonctionnent bien mais il est trop tard pour le spectateur qui a perdu patience devant ce spectacle souvent insipide.

Commenter cet article

Articles récents

Hébergé par Overblog