Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Un cinéphile dans la ville.

Un cinéphile dans la ville.

Critiques ciné et autres.

Publié le par Hugo Brown
Publié dans : #Cinéma

Plus de quinze ans après le phénomène horrifique, Blair Witch revient dans une suite réalisée par Adam Wingard. Le film échoue tant à faire peur qu’à retrouver l’atmosphère si singulière de son modèle.

"Blair Witch", un film de Adam Wingard

James et un groupe d'amis décident de s'aventurer dans la forêt de Black Hills dans le Maryland, afin d'élucider les mystères autour de la disparition en 1994 de sa sœur, que beaucoup croient liée à la légende de Blair Witch. Au départ, les jeunes étudiants s'estiment chanceux en tombant sur deux personnes de la région qui leur proposent de les guider à travers les bois sombres et sinueux. Mais tandis qu'ils s'enfoncent dans la nuit, le groupe est assailli par une présence menaçante. Peu à peu, ils commencent à comprendre que la légende est bien réelle et bien plus terrifiante que ce qu'ils pouvaient imaginer...

 

 

En 1999, Le Projet Blair Witch entre dans l’histoire du cinéma pour plusieurs raisons. Tourné pour 25 000 dollars, il en rapportera 250 millions et participera aussi au regain d’intérêt pour un genre tombé en désuétude. Mais c’est surtout techniquement que le phénomène va marquer durablement, utilisant le found footage (« images trouvées ») qui va devenir une norme dans le film catastrophe et horrifique, de Rec à Paranormal Activity en passant par Cloverfield.

 

Après une fausse suite sans intérêt et passée inaperçue en 2000, Blair Witch s’affiche officiellement comme la reprise des affaires pour ce qui pourrait devenir une franchise. Adam Wingard reprend exactement le postulat de départ du premier volet – des jeunes s’aventurent seuls dans une forêt prétendument hantée, caméra à la main. Drone, smartphone, Go-Pro, le réalisateur multiplie les supports mais oublie la clef fondamentale de ce qui fit le succès du film en 1999 : ne rien montrer, ou presque. Ici, on tombe très vite dans tous les clichés des plus mauvais films d’horreur jusqu’à un final au comble du ridicule. Un ratage total.

Commenter cet article

Articles récents

Hébergé par Overblog