Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Un cinéphile dans la ville.

Un cinéphile dans la ville.

Critiques ciné et autres.

Publié le par Hugo Brown
Publié dans : #Cinéma

Audrey Estrougo place Sophie Marceau en détention dans son nouveau film, La taularde. Un huis-clos impeccablement mis en scène et dont l’interprétation compense les faiblesses scénaristiques.

"La taularde", un film de Audrey Estrougo

Pour sauver l’homme qu’elle aime de la prison, Mathilde prend sa place en lui permettant de s’évader. Alors que sa survie en milieu carcéral ne dépend que de lui, Mathilde n’en reçoit plus aucune nouvelle. Isolée, soutenue uniquement par son fils, elle répond désormais au numéro d’écrou 383205-B. Mathilde deviendra-t-elle une taularde comme une autre ?

 

 

Deux ans après son précédent film, Une histoire banale, qui abordait le viol de manière frontale mais délicate, Audrey Estrougo signe un nouveau portrait de femme battante. Dans un rôle à l’opposé de ceux qui l’ont rendue populaire, Sophie Marceau, cernée et sans maquillage, incarne cette « taularde » qui se retrouve en prison après avoir aidé l’homme qu’elle aimait à s’en échapper. Revenu en grâce dans le cinéma français depuis quelques années, le film de prison connaît de multiples variations depuis Un prophète, le chef d’œuvre de Jacques Audiard, avec plus ou moins de succès (du calamiteux Eperdument au sensible Ombline).

 

Dès les premières images, la fouille en plan-séquence fixe, la réalisatrice donne le ton : nous ne lâcherons pas des yeux l’héroïne et resterons dans l’enceinte de la prison. Si les rebondissements juridiques sont vraiment tirés par les cheveux, le film est passionnant dans sa manière d’observer la vie (dure) en prison avec ses rapports de force, sa violence, ses chantages, ses trafics et ses drames. La caméra suit partout les prisonnières et l’usage régulier du plan-séquence permet une plongée quasi-documentaire dans ce milieu clos où se côtoient des destins contraires, des matonnes douces et compréhensives comme de véritables tyrans. Sophie Marceau est très convaincante mais la révélation de ce film se nomme Eye Haidara – vous risquez de la revoir très vite.

Commenter cet article

Articles récents

Hébergé par Overblog