Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Un cinéphile dans la ville.

Un cinéphile dans la ville.

Critiques ciné et autres.

Publié le par Hugo Brown
Publié dans : #Cinéma

Pour son premier long-métrage, Toril, Laurent Teyssier a posé sa caméra dans Camargue natale pour un original thriller sur fond de crise agricole et de rapport père/fils. Vincent Rottiers est saisissant dans une mise en scène efficace.

"Toril", un film de Laurent Teyssier

Dans le Sud de la France, Philippe vit entre deux mondes. Son trafic de cannabis et l’exploitation agricole familiale. Le jour où son père, surendetté, tente de mettre fin à ses jours, Philippe décide de sauver leurs dernières terres. Pour y arriver, il lui faut trouver de l’argent, vite et beaucoup. Philippe s’associe alors à un gros trafiquant de la région pour installer un vaste réseau de stupéfiants au cœur du marché paysan. Réseau dont il aura du mal à sortir…

 

 

Originaire d’Avignon, Laurent Teyssier a étudié le cinéma à Montpellier. Ce n’est donc pas par hasard qu’il a choisi de situer l’action de son premier long-métrage dans le sud de la France, entre Nîmes, Cavaillon et la Camargue, dans une partie de la région finalement assez peu représentée au cinéma, « un certain sud, entre Avignon et Cavaillon, dans le monde des agriculteurs et des négociants, celui de nos parents » témoignent le réalisateur et son coscénariste Guillaume Grosse.

 

Sous l’influence du cinéma indépendant américain (on pense à Jeff Nichols), Laurent Teyssier tresse un film noir qui oscille entre un pur suspense autour d’un trafic de stupéfiants et un propos plus politique, rendant compte d’une crise économique et sociale qui frappe de plein fouet le monde agricole. A la manière du taureau qui est enfermé dans son « toril » avant d’être poussé dans l’arène, Vincent Rottiers incarne avec force ce personnage de fils prêt à tout pour sauver l’exploitation (et la dignité) de son père. Malgré quelques lourdeurs dans la mise en scène (des ralentis patauds, notamment), Laurent Teyssier signe un beau premier film aux allures de western social.

Commenter cet article

Articles récents

Hébergé par Overblog