Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Un cinéphile dans la ville.

Un cinéphile dans la ville.

Critiques ciné et autres.

Publié le par Hugo Brown
Publié dans : #Cinéma

Quinze ans après le premier volet, Renée Zellweger reprend le costume de son personnage culte dans Bridget Jones Baby, troisième film de la franchise britannique. La joie de retrouver cette éternelle maladroite est un peu gâchée par un scénario sans imagination, en dépit de quelques bons moments.

"Bridget Jones Baby", un film de Sharon Maguire

Après avoir rompu avec Mark Darcy, Bridget se retrouve de nouveau célibataire, 40 ans passés, plus concentrée sur sa carrière et ses amis que sur sa vie amoureuse. Pour une fois, tout est sous contrôle ! Jusqu’à ce que Bridget fasse la rencontre de Jack… Puis retrouve Darcy… Puis découvre qu’elle est enceinte… Mais de qui ???

 

 

Enorme carton en librairie, Le journal de Bridget Jones est devenu un film-phénomène en 2001, propulsant Renée Zellweger au rang de star internationale. Après un deuxième volet toujours adapté de la romancière Helen Fielding (Bridget Jones : l’âge de raison, en 2004), Sharon Maguire, réalisatrice du premier opus, revient derrière la caméra avec un scénario original, développé par Helen Fielding mais différent du troisième roman.

 

Au début des années 2000, alors que les rom com britanniques cartonnent, Bridget Jones devient un véritable phénomène de société, porte-drapeau des « célibattantes ». Dans ce nouveau volet, le personnage incarné par Renée Zellweger a autant changé que l’actrice elle-même, et c’est peut-être là le problème. Bridget Jones est toujours dans l’excès (trop de bouffe, trop de clopes, trop de gaffes) mais la version 2016 de Renée Zellweger semble avoir déteint sur son personnage de fiction (non fumeuse, amaigrie, liftée jusqu’à ne plus avoir d’expressions faciales). Le cœur de l’immense drôlerie du premier film bat encore un peu le temps de quelques gags amusants mais ce Bridget Jones Baby déçoit légèrement par le manque d’originalité de son scénario.

Commenter cet article

Articles récents

Hébergé par Overblog