Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Un cinéphile dans la ville.

Un cinéphile dans la ville.

Critiques ciné et autres.

Publié le par Hugo Brown
Publié dans : #Cinéma

Louis-Julien Petit offre à Isabelle Adjani un retour sur le devant de la scène avec Carole Matthieu, un film sur la souffrance au travail diffusé sur Arte avant sa sortie en salles. Un drame teinté de fantastique qui séduit plus par son interprétation que par sa mise en scène hasardeuse.

"Carole Matthieu", un film de Louis-Julien Petit

Médecin du travail dans une entreprise aux techniques managériales écrasantes, Carole Matthieu tente en vain d’alerter sa hiérarchie des conséquences de telles pratiques sur les employés. Lorsque l’un d’eux la supplie de l’aider à en finir, Carole réalise que c’est peut-être son seul moyen de forcer les dirigeants à revoir leurs méthodes.

 

 

Après une passe difficile, Isabelle Adjani avait retrouvé le succès (et un cinquième César de la meilleure actrice) grâce à La journée de la jupe, un film de Jean-Paul Lillienfeld qui avait fait un record d’audience sur Arte avant de sortir en salles. Adapté du roman Les visages écrasés de Marin Ledun, Carole Matthieu est produit dans la même optique – la sortie en salles étant surtout là pour permettre des nominations aux César – mais Lillienfeld ayant renoncé, c’est Louis-Julien Petit qui se retrouve aux commandes, sous l’impulsion d’Adjani qui tenait à ce projet. Le jeune réalisateur est connu pour son premier long-métrage, Discount, une belle comédie engagée.

 

Déjà, dans Discount, Louis-Julien Petit s’intéressait au monde du travail en se plaçant au cœur d’un supermarché malmenant ses employés. Avec ce deuxième long, il se penche sur les plateformes téléphoniques et les pressions insoutenables opérées sur des employés qui vont régulièrement jusqu’à l’épuisement, la dépression, voire le suicide. Isabelle Adjani incarne un médecin du travail qui tente de faire entendre à la direction le malaise des employés mais se heurte à un mur d’incompréhension – et surtout d’indifférence. Beaucoup de choses sont passionnantes dans ce film qui ne convainc pourtant pas complètement à cause d’une réalisation qui pousse trop vers une abstraction peu séduisante, multipliant les « trucs » de mise en scène qui sonnent totalement faux. Ne parvenant pas à mêler habilement drame social, thriller et fulgurances fantastiques, Louis-Julien Petit ne remporte son pari qu’à demi.

Commenter cet article

Articles récents

Hébergé par Overblog