Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Un cinéphile dans la ville.

Un cinéphile dans la ville.

Critiques ciné et autres.

Publié le par Hugo Brown
Publié dans : #Cinéma

Dans les quartiers pauvres de Manille, Brillante Mendoza poursuit l’exploration de la violence dans son pays avec son nouveau film, Ma’ Rosa, surprenant Prix d’interprétation féminine à Cannes 2016.

"Ma' Rosa", un film de Brillante Mendoza

Ma'Rosa a quatre enfants. Elle tient une petite épicerie dans un quartier pauvre de Manille où tout le monde la connaît et l’apprécie. Pour joindre les deux bouts, elle et son mari Nestor y revendent illégalement des narcotiques. Un jour ils sont arrêtés. Face à des policiers corrompus, les enfants de Rosa feront tout pour racheter la liberté de leurs parents.

 

 

Depuis une vingtaine d’années, Brillante Mendoza utilise sa caméra pour dénoncer – ou simplement donner à voir – la manière dont fonctionne son pays. John John, Serbis, Kinatay (Prix de la mise en scène à Cannes 2009), Lola, Captive ou le récent Taklub, sorti sur les écrans français au printemps 2016, traitent tous d’événements fictifs ou réels révélateurs de problèmes ou situations fréquents aux Philippines. L’idée de Ma’ Rosa, inspirée d’une histoire vraie, est venue au réalisateur avec l’envie de traiter frontalement de la corruption des autorités.

 

Pour ceux qui découvriront Brillante Mendoza avec ce film, Ma’ Rosa sera certainement un choc. Le cinéaste reprend sa marque de fabrique : sujet choc, caméra à l’épaule sans cesse bousculée, interprétation par des acteurs impliqués et non-professionnels pour certains… Le spectateur est plongé dans un bidonville de Manille avec sa misère et ses trafics. Rosa, arrêtée pour ses trafics, va devoir payer une « rançon » à des agents de police corrompus si elle veut éviter de passer le reste de sa vie en prison. Le désespoir poussera ses proches à toutes les solutions possibles (de la revente d’une télé à la prostitution) pour sauver la mère courage, pourtant pas appréciée de tous. Rosa est incarnée par Jaclyn Jose, actrice récurrente du cinéma de Mendoza, tout comme Julio Diaz qui joue son mari. Sa prestation, qui lui a valu le Prix d’interprétation cannois, est totalement engagée mais l’ensemble manque toutefois de ce petit sursaut qui ferait basculer le film dans une œuvre aussi forte que John John ou Lola par exemple.

Commenter cet article

Articles récents

Hébergé par Overblog