Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Un cinéphile dans la ville.

Un cinéphile dans la ville.

Critiques ciné et autres.

Publié le par Hugo Brown
Publié dans : #Cinéma

Sylvie Verheyde offre avec Sex Doll un rôle troublant à Hafsia Herzi. Un film sensible sur la prostitution et la quête de rédemption. Aux côtés de l’actrice française, une révélation nommée Ash Stymest.

"Sex Doll", un film de Sylvie Verheyde

Je m’appelle Virginie je suis encore jeune. Je suis pute. On ne peut pas le dire autrement, de luxe. Là où j’en suis, c’est ce qui pouvait m’arriver de mieux. Je suis indépendante. Je sais me faire respecter. Je gagne très bien ma vie. Et puis je l’ai rencontré. Même pas aimable, même pas riche. Le genre de mec qui a une mission. Une catastrophe… Il cherche la merde et il va la trouver. Et moi avec lui.

 

 

Discrète, Sylvie Verheyde monte courageusement des films indépendants depuis le milieu des années 90. En 2008, elle se fait remarquer avec Stella (un des derniers rôles de Guillaume Depardieu) puis avec son évocation de la relation entre Musset et George Sand (Confession d’un enfant du siècle) portée par Charlotte Gainsbourg et Pete Doherty. Après quelques années d’absence, la réalisatrice signe avec Sex Doll un film troublant, entre chronique de la prostitution et histoire d’amour.

 

Au cœur battant de Sex Doll, il y a Hafsia Herzi, révélée il y a près de dix ans dans le magnifique film d’Abdellatif Kechiche La graine et le mulet. L’actrice, femme fatale au regard d’enfant, ensorcelle la caméra de Sylvie Verheyde. Le scénario est parfois convenu – récit de rédemption d’un call girl en quête d’amour – mais la sensibilité de la réalisatrice et son approche organique séduisent malgré tout. Et puis il y a Ash Stymest, mannequin anglais de 25 ans, déjà père et divorcé et dont le visage à la fois dur et angélique bouleverse particulièrement. Personnage ambigu que l’on comprend peu à peu, le jeune homme est une révélation. Il faut dire que la mise en scène en retenue fait la part belle à un casting enthousiasmant (l’actrice fétiche Karole Rocher mais aussi Lindsay Karamoh, repérée dans Bande de filles de Céline Sciamma). Un film troublant et émouvant à la sincérité criante.

Commenter cet article

Articles récents

Hébergé par Overblog