Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Un cinéphile dans la ville.

Un cinéphile dans la ville.

Critiques ciné et autres.

Publié le par Hugo Brown
Publié dans : #Cinéma

Premier long-métrage de Morgan Simon, Compte tes blessures suit l’émancipation d’un jeune homme pris entre un amour naissant, un père qui le vampirise et le drame de l’incommunicabilité. Une mise en scène animale prometteuse.

"Compte tes blessures", un film de Morgan Simon

Chanteur charismatique d'un groupe de hard rock, Vincent, 24 ans, a déjà tatoué la moitié de son corps. Avec sa gueule d’ange et son regard incandescent, le monde lui appartient. Mais l'arrivée d'une nouvelle femme dans la vie de son père réveille les tensions. Vincent n’entend plus retenir sa colère, ni son désir.

 

 

Après un BTS Communication, Morgan Simon intègre la FEMIS, section scénario. Remarqué pour certains courts-métrages, dont Essaie de mourir jeune, nommé au César du meilleur court-métrage en 2015, le jeune réalisateur (il aura trente ans cette année) est fortement inspiré par des cinéastes tels que Maurice Pialat, Alan Clarke ou John Cassavetes. Son premier long-métrage, Compte tes blessures, porté par l’excellent Kevin Azaïs, suit le jeune chanteur d’un groupe de post-hardcore en conflit avec son père (intense Nathan Willcocks) depuis toujours et particulièrement le décès de sa mère.

 

La mise en scène animale, l’efficacité du scénario et la brièveté du film (moins de 80 minutes) donnent à Morgan Simon ses premières lettres de noblesse. Souvent en plans serrés et en plans-séquences, Kevin Azaïs cannibalise l’écran avec ce mélange de virilité et de douceur que l’on a pu déjà apprécier dans Les combattants de Thomas Cailley ou l’excellent Ni le ciel ni la terre de Clément Cogitore. Le trio improbable formé avec le père et sa nouvelle copine (Monia Chokri, découverte chez Xavier Dolan) passe par la violence, une certaine ambiguïté et enfin une scène œdipienne audacieuse qui constitue le climax de ce premier film prometteur. On attend la suite avec impatience.

Commenter cet article

Articles récents

Hébergé par Overblog