Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Un cinéphile dans la ville.

Un cinéphile dans la ville.

Critiques ciné et autres.

Publié le par Hugo Brown
Publié dans : #Cinéma

Dominique Cabrera magnifie la jeunesse marseillaise dans son nouveau film, Corniche Kennedy. Si le versant policier est maladroitement mené, le film fascine par sa manière de capter la fougue d’acteurs non-professionnels épatants.

"Corniche Kennedy", un film de Dominique Cabrera

Corniche Kennedy. Dans le bleu de la Méditerranée, au pied des luxueuses villas, les minots de Marseille défient les lois de la gravité. Marco, Mehdi, Franck, Mélissa, Hamza, Mamaa, Julie : filles et garçons plongent, s'envolent, prennent des risques pour vivre plus fort. Suzanne les dévore des yeux depuis sa villa chic. Leurs corps libres, leurs excès. Elle veut en être. Elle va en être.

 

 

Dominique Cabrera a une filmographie hybride entre fictions, essais cinématographiques et documentaires. Corniche Kennedy est l’adaptation du roman du même nom de Maylis de Kerangal (dont Réparer les vivants a été adapté il y a quelques mois par Katell Quillévéré). Au cœur de ce film, la ville de Marseille, magnifiée par la chef opératrice Isabelle Razavet dans des lumières naturelles somptueuses, et sa jeunesse, plutôt défavorisée, qui passe son temps sur les corniches à sauter dans les calanques au péril de leur vie.

 

Les premières séquences de Corniche Kennedy sont saisissantes de beauté. Dominique Cabrera filme de manière documentaire un groupe de jeunes « des quartiers » sautant dans la Méditerranée, frôlant les rochers qui pourraient leur être fatals. Une jeune fille issue de famille bourgeoise (Lola Créton, toujours parfaite) les observe, fascinée, les rejoint et finit, non sans mal, par se faire accepter. Ce versant est une réussite éclatante, mêlant beauté, sensualité, fougue, jeunesse et des acteurs non-professionnels renversants (particulièrement Kamel Kadri et Alain De Maria). Craignant peut-être trop d’abstraction, Dominique Cabrera greffe une intrigue policière pas très convaincante et qui impose parfois un faux rythme, là où on ne voudrait que suivre ce groupe dans ses expériences et ses balades. Malgré ce bémol, la beauté de Corniche Kennedy est assez fascinante pour se laisser embarquer.

Commenter cet article

Articles récents

Hébergé par Overblog